Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lille Métropole Habitat s'attaque aux voitures "ventouses"

-
Par , France Bleu Nord

Le bailleur ne veut plus des véhicules qui restent plusieurs semaines voir plusieurs mois sans bouger sur les parkings de ses résidences. En lien avec la police, LMH organise des opérations d'enlèvement de ces véhicules. Illustration à Roubaix.

L'opération d'enlèvement a un coût : 3000 euros
L'opération d'enlèvement a un coût : 3000 euros © Radio France - Florent Vautier

"On a plus de place pour se garer, mais bon pour les propriétaires de ces voitures c'est dur". Ahmed vient de sortir avec sa femme à la rencontre des policiers présents ce matin-là sur le parking de cette résidence du quartier de l'Alma à Roubaix. Il s'inquiète pour sa propre voiture, mais elle ne fait pas partie de la dizaine des véhicules qui vont être enlevés, à la demande de Lille Métropole Habitat.

C'est le bailleur qui a signalé ces véhicules, parfois en très mauvais état, à la police. Si le véhicule n'est pas volé (auquel cas il est immédiatement retiré), un courrier recommandé est envoyé aux propriétaires pour leur demander de le déplacer. En cas d'absence de réponse et sous un délai de huit jours, il peut être procédé à l'enlèvement.

Un des véhicules enlevés. Il sera directement envoyé dans une casse automobile.
Un des véhicules enlevés. Il sera directement envoyé dans une casse automobile. © Radio France - Florent Vautier

Ces véhicules ventouses "génèrent de l'insécurité pour les habitants", explique François Dreux, directeur des politiques de la ville chez LMH. "En plus de la nuisance visuelle, il peut aussi y avoir de la mécanique sauvage, de la délinquance." Des opérations d'enlèvement comme celle de cette résidence, il y en a une par mois organisée par LMH. Elles ont un coût, environ 3000 euros par opération, essentiellement la mobilisation des dépanneurs qui viennent procéder à l'enlèvement.

Les habitants voient donc d'un très bon oeil ces enlèvements, même si Ahmed regrette l'absence de places de stationnement. "On se fait tout le temps verbaliser, alors qu'on travaille tôt", regrette-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess