Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Lille : un observatoire des pratiques policières créé sept mois après le début des "gilets jaunes"

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Des syndicats et la Ligue des droits de l'homme de Lille s'associent pour créer l'observatoire des pratiques policières afin de recenser les violences exercées par les forces de l'ordre lors des manifestations, notamment de "gilets jaunes".

Trois observateurs enregistreront et prendront des photos à chaque future manifestation
Trois observateurs enregistreront et prendront des photos à chaque future manifestation © Maxppp - MAXPPP

Lille, France

Après Montpellier, Toulouse, Bordeaux ou encore Nantes, un observatoire des pratiques policières est créé à Lille, sept mois après le début du mouvement des "gilets jaunes". La structure regroupe la Ligue des droits de l'Homme, des syndicats comme SUD-Solidaires et le syndicat des avocats de France. Avec un objectif : recenser les abus de la part des forces de l'ordre lors des manifestations. 

"Criminalisation des manifestations"

"Nous allons former des trios présents en début, milieu et fin de cortège" détaille Dominique Thiery, porte-parole du syndicat SUD. "Un observateur filmera, l'autre enregistrera le son et le troisième remplira une grille créé par des sociologues". Car selon ces organisations, le mouvement des gilets jaunes entamé en novembre dernier, aurait mis au jour "des interpellations arbitraires, des blessures et mutilations" de la part des policiers qui entraverait la liberté de manifester. "Nous devons opposer des arguments objectifs à ce qui est mis en place par le gouvernement pour criminaliser les manifestations et dissuader les manifestants d'y participer" explique encore Dominique Thiery.

De leur côté, les syndicats de policiers redoutent une "stigmatisation" de la part des observateurs. "Si l'on tourne une vidéo, il faut savoir ce qu'il s'est passé avant" insiste Arnaud Boutelier, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance police nationale. "_L'utilisation des armes est régie par des règles_, que nous respectons" assure-t-il.

Les citoyens invités à envoyer des photos et vidéos

Quant à la préfecture du Nord, elle assure que "l'immense majorité" des interpellations - 655 depuis le 17 novembre-  a conduit à des suites judiciaires et que dans ce même laps de temps, une seule plainte pour violence policière a été déposée dans le département.

Si vous souhaitez envoyer des photos ou vidéos prises lors de manifestations, voici l'adresse créée par l'observatoire : olpp@riseup.net