Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Lille : une aide-soignante du CHU condamnée pour des actes de malveillance

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Une ancienne aide-soignante du CHU de Lille a été condamnée à 3 mois de prison avec sursis, ce mercredi. Elle avait notamment injecté des produits inadaptés à certains malades et elle avait dévissé des perfusions.

Les gestes de l'aide-soignante n'avait pas eu de conséquences graves sur la santé des patients
Les gestes de l'aide-soignante n'avait pas eu de conséquences graves sur la santé des patients © Radio France - Luc Nobout

L'aide-soignante âgée aujourd'hui d'une cinquantaine d'année a été condamnée par le tribunal de Lille à trois mois de prison avec sursis, une peine bien en deçà des trois ans de prison dont deux avec sursis qu'avait requis le procureur à l'audience. La femme était jugée pour "administration de substance nuisible" et "violences volontaires"

Ses gestes n'avaient pas mis en danger la vie des patients

Les faits jugés remontent à 2014. L'aide-soignante a été reconnue coupable d'avoir manipulé des perfusions ou encore d'avoir augmenté le débit des perfusions d'une poignée de malades. Selon son avocate Samia Khiter, ses actes n'ont pas eu de conséquences graves sur les patients concernés. Le CHU avait porté plainte après la découverte des faits. 

L'aide-soignante a également été condamnée à payer des dommages aux parties civiles, pour des sommes allant de l'euro symbolique à des proches d'un patient depuis décédé jusqu'à un millier d'euros. Elle a l'interdiction d'exercer une profession de santé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu