Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges : un an de prison ferme pour l'homme qui avait torturé et tué un chat

jeudi 29 novembre 2018 à 15:36 Par Alain Ginestet et Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu

L'homme qui avait été interpellé début octobre dernier après avoir martyrisé et tué un chat dans les Jardins de l'Evêché, à Limoges, a été condamné à 18 mois de prison dont 12 ferme, lors de sa comparution devant la justice ce jeudi.

Le jeune homme a été condamné ce jeudi par le Tribunal correctionnel de Limoges (photo d'illustration)
Le jeune homme a été condamné ce jeudi par le Tribunal correctionnel de Limoges (photo d'illustration) © Radio France - Nathalie Col

Limoges, France

Le jeune homme de 20 ans, qui avait été interpellé début octobre après avoir mutilé puis tué un chat dans les Jardins de l'Evêché à Limoges a été condamné ce jeudi à 18 mois de prison, dont 12 ferme par le Tribunal correctionnel de Limoges devant lequel il comparaissait.

Le 8 octobre dernier, le jeune homme s'était littéralement déchaîné sur un chat qu'il avait massacré à coups de pieds, avant d'utiliser les sang de l'animal pour écrire sur plusieurs arbres du parc. Il avait été interpellé par une patrouille de la police municipale de Limoges, qui l'avait remis à la police nationale.

Des associations de défense des animaux s'étaient portées parties civiles

Ces faits avaient généré une immense émotion, notamment auprès des défenseurs des animaux, dont certains étaient présents à l'audience ce jeudi. Quatre associations s'étaient d'ailleurs porté partie civile. Chacune d'elle recevra 400 euros "au titre du préjudice moral" indique à France Bleu Limousin la SPA de la Haute-Vienne, qui précise aussi que la pétition lancée sur internet par des militants de la cause animale a recueilli près de 90.000 signatures. Cette pétition demandait la peine maximale prévue par le Code Pénal. 

Outre la peine d'emprisonnement, le jeune homme aura notamment aussi interdiction de détenir un animal pendant cinq ans. Il a été incarcéré à l'issue de l'audience.