Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges : trois mois de prison avec sursis pour un chasseur qui a accidentellement blessé une fillette

vendredi 8 février 2019 à 16:51 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu

Un chasseur de 70 ans a été condamné ce vendredi à trois mois de prison avec sursis pour avoir grièvement blessé, par accident, une fillette de 10 ans, en septembre 2018 à Limoges. Il visait un faisan depuis son jardin, en ville près des bords de Vienne, mais la balle a ricoché.

La salle des pas perdus du tribunal correctionnel de Limoges
La salle des pas perdus du tribunal correctionnel de Limoges © Radio France - Nathalie Col

Limoges, France

Un chasseur Limogeaud de 70 ans a été condamné à trois mois de prison avec sursis ce vendredi par le tribunal correctionnel, pour des blessures involontaires sur une fillette de 10 ans. Le 16 septembre 2018, elle avait été touchée par un tir de carabine alors qu'elle venait de faire un barbecue en famille sur les bords de Vienne. Un tir en pleine ville provenant de cet homme qui visait un faisan depuis son jardin.  L'animal a été tué sur le coup, mais la balle a ricoché et touché la fillette à l'abdomen, une cinquantaine de mètres plus loin. Ses graves blessures lui ont valu neuf semaines d'interruption de travail. Aujourd'hui elle est physiquement rétablie mais à l'audience, les parties civiles ont insisté sur les séquelles psychologiques de cet accident.

"Il aurait pu tuer cette petite fille" - Maître Grimaud, avocate de la victime

Dans sa plaidoirie, l'avocate de la victime décrit une fillette déjà fragilisée par de nombreuses épreuves traversées depuis qu'elle est bébé et cet accident l'a totalement traumatisée. "Maintenant elle a peur de tout et de tout le monde et elle a laissé tombé des activités comme aller à la piscine" à cause de la "balafre" qu'elle a sur le ventre explique Maître Grimaud. L'avocate estime qu'Inès n'oubliera jamais cet épisode.

Malgré l'évidence, le chasseur a commencé par nier les faits

Les parties civiles et le procureur fustigent aussi le comportement du prévenu le jour de l'accident.  Il affirme d'abord que le tir vient de l'autre rive. Version rapidement abandonnée. Il assure ensuite avoir jeté sa carabine dans la Vienne, sauf qu'elle est retrouvée dans le faux plafond de son cabanon. À l'audience, le chasseur dit avoir paniqué. Il s'excuse plusieurs fois, avec des trémolos dans la voix. "Je regrette infiniment,  je n'aurai jamais dû tirer à cet endroit. Je suis désolé." Mais ça ressemble à des larmes de crocodiles pour Maître Olivier Pécaud, l'avocat de la famille d'accueil qui s'occupe d'Inès depuis qu'elle est bébé. Tête basse, le retraité reconnait ses torts. 

"C'est un concours de circonstances totalement imprévisible" commente Maître Philippe Clerc, avocat de la défense. "Mon client n'est pas un chasseur fou. C'est un bon père de famille, un grand-père bienveillant et un bon citoyen qui a commis une grosse erreur."

De la prison avec sursis et plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts

Cette erreur vaut donc trois mois de prison avec sursis à cet homme jusque-là sans casier judiciaire et sans histoires. Il a aussi l'interdiction de repasser un permis de chasse pour quatre ans, et le tribunal correctionnel de Limoges ordonne la confiscation de la carabine et des autres armes, toutes déclarées, saisies chez lui. La peine est totalement conforme aux réquisitions du procureur.  

Le chasseur devra aussi verser 3.000 euros de provisions pour la victime, en attendant une expertise psychologique et une nouvelle audience pour fixer les dommages et intérêts. À ce moment là, la justice se prononcera aussi sur la demande de dommages et intérêts de la demi-sœur d'Inès. Elle a assisté à toute la scène et en garde aussi un traumatisme, au point d'être présentée par son avocate comme une "victime par ricochet." Le père et la mère de la famille d'accueil obtiennent chacun 1.000 euros de dommages et intérêts.