Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges : avocats, magistrats, greffiers manifestent contre la réforme de la justice

jeudi 15 février 2018 à 16:24 Par Justine Dincher, France Bleu Limousin

En Haute-Vienne, une centaine de professionnels du monde judiciaire s'est rassemblée pour protester contre "les chantiers de la justice" engagés par le gouvernement. Le devenir de la cour d'appel de Limoges reste un fort sujet d'inquiétude.

Les manifestants se sont rassemblés quelques minutes devant la cour d'appel de Limoges.
Les manifestants se sont rassemblés quelques minutes devant la cour d'appel de Limoges. © Radio France - Justine Dincher

Limoges, France

Des robes noires et des robes rouges ont manifesté jeudi 15 février à Limoges, comme dans de nombreuses villes françaises. Une centaine de personnes a participé à la journée d'action nationale, lancée par neuf syndicats, contre les chantiers de la justice engagés par le gouvernement. Ils se sont rassemblés une petite demi-heure sur les marches de la cour d'appel.

Une manifestation "extraordinaire"

Ils ne font pas le même métier, mais ils travaillent tous au même endroit. Peu habitués à se retrouver ensemble dans la rue, les avocats, magistrats, greffiers, agents techniques, administratifs ont manifesté hier matin. "C'est extraordinaire, dans son sens étymologique, explique Édith Verger Morliguem, avocate à Limoges, ces mobilisations communes sont malheureusement extrêmement rares, mais nous sommes réunis, nous avons au moins un dénominateur commun, c'est l'état lamentable de notre justice."

Avocats, magistrats, greffiers ont manifesté côte-à-côte. - Radio France
Avocats, magistrats, greffiers ont manifesté côte-à-côte. © Radio France - Justine Dincher

Une "coquille vide"

À Limoges, et contrairement à d'autres villes, il n'y a pas d'inquiétude sur le maintien du tribunal de grande instance. En revanche, les manifestants craignent pour l'avenir de la cour d'appel, même si la garde des sceaux a assuré que ce tribunal ne fermerait pas. Ils ont peur qu'elle devienne une "coquille vide". "On peut craindre, quoi qu'il a été dit, la suppression de la cour d'appel de Limoges, raconte Abel-Henri Pleinevert, le bâtonnier, ce ne sera pas a priori une suppression matérielle et sèche, mais ce sont des asphyxies qui peuvent faire disparaître une juridiction."

Manifestation à Tulle

Ils veulent donc une cour de plein exercice. "Nous avons eu quelques indications, très approximatives, sur ce que pourraient recouvrir ces différentes réformes, précise Johanne Perrier, présidente de chambre à la cour d'appel de Limoges. Il y en a une qui est particulièrement sensible - il ne faut pas le cacher -, c'est l'aspect "territorialité de la justice" avec une réorganisation des services qui pourrait impacter le fonctionnement actuel de la cour d'appel de Limoges et des juridictions de première instance, tribunal d'instance et de grande instance." À Tulle, une vingtaine d'avocats s'est rassemblée jeudi midi devant le tribunal de grande instance pour protester contre cette réforme.