Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges CSP : un joueur du centre de formation porte plainte contre l'un de ses coéquipiers

mardi 16 avril 2019 à 20:58 - Mis à jour le mardi 16 avril 2019 à 21:56 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Ça chauffe chez les espoirs du Limoges CSP. En raison d'une altercation il y a de cela un mois dans un vestiaire de Beaublanc. Un joueur s'est vu prescrire 8 jours d'ITT. Une plainte a été déposée. Une autre pourrait suivre.

Le Palais des Sports de Beaublanc, le temple du Limoges CSP et de son centre de formation (illustration)
Le Palais des Sports de Beaublanc, le temple du Limoges CSP et de son centre de formation (illustration) © Radio France - Géraldine Marcon

Limoges, France

L'ambiance semble particulière au centre de formation du Limoges CSP. Pas tellement à cause des résultats mais en raison d'une agression il y a de cela un mois. A la base, cela ressemble a une simple altercation entre deux jeunes du centre. Histoire de temps de jeu ? Ou de jalousie concernant la petite amie de l'un des deux ? Ce n'est pas clair. Et c'est finalement anecdotique. Ce qui l'est moins, ce sont les gifles puis les coups de poing qu'auraient asséné un joueur espoir, dans l'intimité du vestiaire, à l'un de ses coéquipiers également joueur en cadet. 

Plus de match en espoir s'il ne retire pas sa plainte ?

Un jeune d'à peine 18 ans marqué par cette altercation. En tout cas, il a eu 8 jours d'Incapacité Totale de Travail. Ce n'est pas rien. Il aurait surtout des séquelles psychologiques et a d'ores et déjà porté plainte contre son coéquipier. Son agresseur présumé qui s’entraîne aussi avec les professionnels, a eu 7 jours de mise à pied avant d’être réintégré. Mais sa victime aussi a été punie. Il a reçu une lettre d'avertissement. "Car les deux ont une part de responsabilité" selon la directrice du centre de formation pour qui "ces comportements ne sont pas tolérables. Nous avons donc pris des mesures disciplinaires ". 

Mais selon le père de la victime, l’entraîneur des espoirs aurait fait comprendre dans l'environnement du joueur que son fils ne jouerait plus pour lui s'il ne retirait pas sa plainte. Une accusation que dément formellement l’entraîneur :"Je ne peux pas prendre le risque de les associer sur le même terrain dans cette situation. Il aurait été inconscient et irresponsable de ma part de prendre le risque d'un nouvel accrochage alors qu'une plainte est en cours. Chaque joueur a donc évolué dans sa catégorie. L'un en cadet. L'autre en espoir. Cela n'a rien à voir avec une sanction. Je ne m'occupe que du sportif." De son côté, la directrice du centre parle de "choix sportifs des entraîneurs". Une façon de faire qui ne plait pas du tout au père du joueur. Il parle d'"humiliation" et affirme que "ce n'est pas la 1ère fois". Que d'autres jeunes ont subi la loi de celui qui a agressé son fils. Mais que "tout le monde ferme les yeux". 

En ce qui concerne les valeurs humaines... on ne les voit nulle part

Un homme aujourd'hui très remonté, notamment à cause de la gestion de cette affaire :"Moi j'ai fais mon devoir en appelant la responsable du centre de formation qui m'a dit qu'elle ne voulait pas me parler parce que mon fils est majeur ! Je lui ai demandé si elle était bien à sa place et si elle mesurait la responsabilité des propos qu'elle tenait à mon égard. Vous vous rendez-compte ? Non seulement, mon fils a été victime, frappé et humilié, mais en plus il est sanctionné par une lettre d'avertissement. C'est ça qui m’écœure."

Ce père de famille envisage lui aussi de porter plainte, mais contre la directrice du centre de formation du Limoges CSP. Un centre qu'il semble ne pas reconnaître :"Mon fils est au centre de formation depuis 3 ans. Ce genre de chose ne s'était jamais passée. Cette année, ça part dans tous les sens. Je me demande si à Limoges, les gens sont à leur place ? La formation d'un joueur ne dépend pas que de ses qualités d'athlète. C'est aussi la capacité de ce jeune à montrer de quoi il est capable dans la société et à s’intégrer. En ce qui concerne les valeurs humaines, ça ne se retrouve pas dans le cadre dont je viens de vous parler. On ne les voit nulle part !

Journée décisive pour l'avenir du Limoges CSP ?

C'est ce mercredi matin que le Tribunal de Grande Instance de Limoges doit rendre sa décision concernant le référé déposé par le président du directoire du Limoges CSP Youri Verieras. Il demande le report de l'Assemblée Générale de l'association Limoges CSP Elite qui doit se tenir mercredi après-midi et qui pourrait voir Céline Forte reprendre la main sur le club.