Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges: entre 150 et 200 personnes dans la rue pour dénoncer l'expulsion des migrants du "4 bis"

-
Par , France Bleu Limousin

Entre 150 et 200 personnes ont défilé dans les rues de Limoges ce samedi à l'appel du Collectif Chabatz d'Entrar. Ils dénoncent le sort réservé aux migrants et notamment la menace d'expulsion qui plane sur ceux qui logent dans le squat du 4 bis avenue de la Révolution.

Entre 150 et 200 personnes ont répondu à l'appel du Collectif Chabatz d'Entrar ce samedi devant la préfecture de Limoges.
Entre 150 et 200 personnes ont répondu à l'appel du Collectif Chabatz d'Entrar ce samedi devant la préfecture de Limoges. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Ce samedi à 15 heures, 150 à 200 personnes se sont réunies devant la préfecture de la Haute-Vienne à Limoges. Une manifestation à l'appel du Collectif Chabatz d'Entrar qui dénonce le sort réservé aux migrants en France, et notamment en Haute-Vienne.  

Après avoir été expulsés de l'ancien CRDP, le collectif Chabatz d'Entrar s'est installé dans un nouveau lieu, au 4 bis avenue de la Révolution à Limoges en mai dernier. Selon Stéphane Lajaumont, membre du collectif, une centaine de personnes y est accueillie mais les occupants pourraient bientôt se retrouver de nouveau à la rue. Ils sont en effet sous la menace d'une expulsion. Une audience doit avoir lieu vendredi prochain, le 11 octobre à la cité judiciaire de Limoges 

"Il n'y a pas de crise des migrants mais une crise de l’accueil" - Stéphane Lajaumont

Mais au delà de dénoncer, le collectif souhaite également interpeller de nouveau  les pouvoirs publics. Stephane Lajaumont estime qu'il manque au moins 200 places d’hébergements sur le département. " Encore une fois l'Etat et les pouvoirs publics répondent absents" estime-t-il  avant de poursuivre_" Nous disons à l'Etat d'anticiper, de se mettre autour de la table pour trouver des solutions sur le long terme"_, car selon lui, il coûterait moins cher de mettre en place des lieux avec un accompagnement social plutôt que de payer, dans l'urgence, des nuits d'hotel. Selon lui, "il n'y a pas de crise des migrants mais une crise de l’accueil" 

  •  Le Collectif Chabatz d'Entrar appelle de nouveau à manifester, vendredi prochain ( le 11 octobre) à 10 heures devant la cité judiciaire de Limoges  alors qu'une audience est prévue sur le sort des occupants du 4 bis avenue de la Révolution à Limoges . n
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu