Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Limoges, ils se mettent en scène avec des armes à feu dans un clip de rap

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Trois hommes sont jugés en comparution immédiate, ce jeudi, par le tribunal correctionnel de Limoges. Ils sont poursuivis pour avoir tourné un clip de rap où ils se mettent en scène avec des armes à feu tout en fumant de la drogue.

Trois personnes ont été interpellés ce mercredi au cours d'une opération menée par une trentaine de policiers
Trois personnes ont été interpellés ce mercredi au cours d'une opération menée par une trentaine de policiers - DR Police Nationale

L'histoire remonte au courant du mois de mai. Les policiers de la Sûreté Départementale, à Limoges, sont informés qu'une vidéo vient d'être mise en ligne par un groupe de rap du quartier de Beaubreuil. Ce clip, tourné sur les toits d’immeubles de la cité, met en scène plusieurs participants dont certains exhibent des armes à feu et fument de la drogue.

Trois interpellations

Les protagonistes, tous issus du quartier, sont identifiés au cours de l'enquête ouverte pour port d’arme de catégorie B, occupation illicite d’un toit d’immeuble et provocation à la consommation de produits stupéfiants. Elle a débouché, ce mercredi à l'aube, sur l'arrestation de trois personnes dans plusieurs logements de Beaubreuil lors d'une opération de police menée par une trentaine de fonctionnaires. Mais aucune arme ni produits stupéfiants n'ont été trouvés lors des perquisitions.

Déférés dans la foulée de leur garde à vue, les mis en cause ont été jugés ce jeudi après-midi par le tribunal de Limoges. Ils ont écopé de peines allant de 50 à 80 heures de travail d’intérêt général.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess