Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges : L'Université annule la venue d'Houria Bouteldja

mercredi 22 novembre 2017 à 20:19 Par Nicolas Tarrade, France Bleu Limousin

Face au tollé qu'a suscité la venue de la très contestée Houria Bouteldja, l'Université annule le séminaire de recherche qui aurait dû se tenir ce vendredi à Limoges.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Jean-François Frey

Limoges, France

L'Université de Limoges a joué la carte de la prudence. La venue de la représentante du Parti des Indigènes de la République est annulée. Une décision pour calmer le jeu selon Alain Célérier, le président de l'Université : "Ce séminaire de recherche doit se dérouler dans des conditions de sérénité, pour pouvoir avoir une vraie réflexion scientifique. Pour nous, vu l'ampleur médiatique, il était raisonnable qu'il ne se tienne plus, de façon à éviter des troubles à l'ordre public, parce que je pense qu'on aurait pu arriver à ça aussi".

Une université se doit d'ouvrir tous les débats de la société

Une décision pour apaiser les esprits, que regrette le président de l'Université. "Une université se doit d'ouvrir tous les débats de la société. Je pense que si on ne le fait pas à ce niveau-là, alors ça peut se faire dans d'autres lieux qui sont beaucoup moins contrôlés, avec des personnes moins aptes à mener ce débat. Je le regrette effectivement, mais on ne peut pas le faire", souligne Alain Célérier.

Des troubles à l'ordre public étaient donc à craindre. Ce séminaire d'études sur le post-colonialisme et ses effets sur la société actuelle, uniquement à destination des chercheurs, n'aura donc pas lieu.