Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le CHU de Limoges condamné après le décès d'un bébé lors d'un accouchement en 2011

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Dans un jugement rendu ce mardi, le tribunal administratif de Limoges considère que la mort d'Eliott à sa naissance, en novembre 2011, est le résultat d'une série de manquements de l'équipe médicale du CHU de Limoges. Ce dernier devra au total verser plus de 60.000 euros à la famille.

: Le CHU de Limoges a été reconnu coupable dans la mort d'Eliott lors de l'accouchement de sa maman en novembre 2011.(Photo d'illustration)
: Le CHU de Limoges a été reconnu coupable dans la mort d'Eliott lors de l'accouchement de sa maman en novembre 2011.(Photo d'illustration) © Maxppp - Brigitte AZZOPARD

Limoges, France

La décision a été rendue ce mardi à Limoges. Le Tribunal Administratif a donné raison aux parents du petit Eliott, mort-né le 23 novembre 2011. Le décès du nourrisson est dû, selon le juge administratif, à une série de manquements dans la prise en charge de la maman.

Arrivée peu après minuit le 23 novembre 2011 à l'hôpital Mère-Enfant de Limoges, la jeune femme n'accouchera finalement qu'à 16 heures 30, intervalle dans lequel elle est notamment restée seule et sans surveillance durant deux heures. Prévue à 6 heures du matin, la césarienne avait été repoussée à plusieurs reprises. "Le monitoring avait été interrompu jusqu'à l'intervention et la découverte au cours de la césarienne que le cœur du fœtus ne battait plus" indique le Tribunal Administratif dans son jugement. 

Un défaut d'organisation couplé à un manque de moyens

Pour le juge administratif, la mort de l'enfant est directement due à une défaillance généralisée de l'équipe médicale. "Il reconnaît un _défaut d'organisation dans le service de gynécologie obstétrique_. Ce jour-là, les dispositions n'ont pas suffi à pallier un manque de moyens compte tenu des urgences et du fait que la grossesse de ma cliente était programmée" explique Maître Philippe Clerc, l'avocat des parents. L'un des médecins était en effet au bloc opératoire, mais l'hôpital n'avait pas fait appel à second médecin relève le jugement, alors que la maternité doit pouvoir accueillir des urgences vitales. Le tribunal administratif est aussi venu souligner ce manquement : "Il a retenu que la grossesse a été retardée inutilement, dangereusement", poursuit Maître Clerc.

Plus de 60.000 euros de dommages et intérêts

Le CHU de Limoges a notamment été condamné à verser 25 000 euros de dommages et intérêts à chacun des parents. Il devra également verser 10 000 euros de dommages et intérêts à la maman, pour les deux premiers enfants de la famille. Le CHU dispose toutefois de deux mois pour faire appel de la décision. 

Selon Maître Philippe Clerc, "les parents d'Eliott sont émus et reconnaissants à la justice qui reconnaît que l'hôpital était en tort, et que si aucune erreur n'avait été commise, leur petit garçon serait vivant aujourd'hui".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu