Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limoges : pas d’expulsion immédiate pour les migrants installés dans un bâtiment désaffecté de la région

jeudi 30 août 2018 à 17:26 Par Françoise Pain et Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

Le tribunal administratif de Limoges a rejeté la demande de la région Nouvelle Aquitaine . Elle avait demandé en urgence l’expulsion des migrants installés à Limoges dans un bâtiment qui lui appartient.

Le bâtiment qui appartient à la région est occupé depuis la mi mai par une soixantaine de migrants
Le bâtiment qui appartient à la région est occupé depuis la mi mai par une soixantaine de migrants © Radio France - Hélène Fromenty

Limoges, France

C’est une première victoire pour le collectif  "Chabatz d'entrar » Le conseil régional de Nouvelle Aquitaine qui souhaitait l’expulsion des migrants installés dans les locaux de l’ex CRDP (Centre régional de documentation pédagogique) à Limoges a été débouté par le Tribunal Administratif.

le projet de réhabilitation du bâtiment pas suffisamment avancé 

Pour la justice la demande en référé, donc en urgence, ne se justifie pas. Le tribunal administratif estime que le projet de pôle de formation sanitaire et social que la région veut implanter dans le bâtiment désaffecté n’est pas suffisamment avancé pour que  l’expulsion des migrants soit ordonnée. Lors de l’audience hier Maitre Blandine Marty , l’avocate du collectif  "Chabatz d'entrar", avait parlé de « coup de bluff «  du conseil régional. 

Le tribunal administratif a clairement botté les fesses de la région, Stéphane Lajaumont collectif "Chabatz d'entrar"

Le porte-parole du collectif, Stéphane Lajaumont se félicite de la décision "le tribunal administratif a clairement botté les fesses de la région" même si il reconnaît qu'il ne s'agit que d'une première victoire. Pour lui le combat ne s'arrête pas là, il souhaite dialoguer et échanger pour que des solutions soient proposées, discutées. " Nous proposons à la Région d'envisager des solutions qui ne soient pas des solutions de répression et d'expulsion mais au contraire d'envisager de travailler avec nous sur des solutions durables, sur la mise en place d'un lieu, d'une maison pour les migrants qui permettraient de les accueillir tous." détaille le militant et porte parole du collectif "Chabatz d'entrar"

"il faudra peut être que l'on réfléchisse à une réunion ouverte à l'ensemble des institutions - François Vincent, conseiller régional délégué

De son côté la Région Nouvelle Aquitaine a réagi par la voix de François Vincent. Le conseiller régional délégué souligne que la région chercher déjà des solutions, c'est notamment le cas depuis le début de l'été: "Habitat Humanisme a été missionné par la région et travaille au quotidien pour évaluer la situation sociale de ces personne, pour les reloger " . L'organisme vient aider au quotidien les personnes présentes sur le site du CRDP selon lui "pour apporter une aide médicale ou un soutien comme du lait ou des couches.". La région se dit également prête au dialogue. Selon François Vincent "il faudra peut être que l'on réfléchisse à une réunion ouverte à l'ensemble des institutions" pour qu'une solution satisfaisante soit trouvée, il reconnaît par ailleurs que la problématique des migrants ne se limite ni à Limoges, ni à la Haute-Vienne ni même à la Nouvelle Aquitaine, la région souhaite d'ailleurs que l'Etat s'asseoit à la table des discussions.