Société

Limousin : des migrants de Calais sont déjà repartis à pied

Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Limousin mercredi 2 novembre 2016 à 6:00

Le centre d'accueil des migrants à Saint-Léger la Montagne
Le centre d'accueil des migrants à Saint-Léger la Montagne © Radio France - Jeanne marie Marco

En Haute-Vienne et en Corrèze des migrants de l'ancienne jungle de Calais sont déjà repartis, à la recherche d'une gare.

Cette situation était prévisible. En Haute-Vienne et en Corrèze plusieurs migrants ont déjà quitté leur centre d'accueil. Ils sont arrivés en Limousin il y a tout juste une semaine.

Déjà 5 départs

Le calme Limousin ne plait pas à tous les migrants de l'ancienne jungle de Calais. A Saint-Léger la Montagne, sur les 47 migrants hébergés, déjà trois manquent à l'appel annonce la maire de la commune Gisèle Jouannetaud. Ces trois jeunes hommes auraient été vus dans des communes voisines à la recherche d'une gare. À Voutezac c'est sans surprise le même scénario. Sur les 14 migrants arrivés la semaine dernière, deux jeunes ont quitté le centre.

L'entrée de la commune Saint-Léger la Montagne - Radio France
L'entrée de la commune Saint-Léger la Montagne © Radio France - Jeanne marie Marco

À Saint-Léger la Montagne le Centre d'Accueil et d'Orientation est dans le bourg de la commune. Un petit bourg habité par moins de 30 habitants. Ici, à part l'Auberge il n'y a pas un seul commerce. Les migrants que nous avons rencontrés se sentent perdus au milieu de nulle part. Nadir, un soudanais de 21 ans nous confie qu'il ne va pas rester ici très longtemps "peut être quatre ou cinq jours, ici c'est difficile, on ne voit presque personne, il n'y a pas d'école, il n'y à rien, juste dormir et manger. Si je reste en France moi je veux apprendre le français pour travailler, si je vais dans un magasin pour acheter quelque chose personne ne me comprend".

Je ne pense pas que ce soit mieux que Calais — Nadir un migrant

Nadir un migrant explique qu'il ne va pas rester très longtemps en Limousin

Pour rappel, en Haute-Vienne, ils sont accueillis à Limoges et à Saint-Léger la Montagne. En Corrèze, ils sont logés à Saint-Priest-de-Gimel et Voutezac. En tout, un peu moins de 200 personnes sont hébergées en Limousin dans des Centres d'Accueil et d'Orientation.

Demandes d'asile

Ces solutions d'hébergement sont provisoires. Tous les migrants font une demande d'asile auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides. Une fois cette demande enregistrée, quelle que soit la réponse, chaque migrant va recevoir un récépissé. Ce document va leur permettre d'être accueilli dans des Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA). Il existe en France 31 centres d’accueil pour demandeurs d’asile répartis dans 14 régions. Les migrants sont hébergés durant toute la durée de l’étude de leur dossier de demande de statut de réfugié . En Limousin, les migrants de Calais devraient rester là jusqu'à la fin de l'année selon la Préfecture de la Haute-Vienne.