Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Limousin : les vols de ruches en recrudescence

jeudi 10 janvier 2019 à 16:16 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Les ruches suscitent des convoitises. En Limousin, les apiculteurs sont de plus en plus nombreux à être victimes de vols. Le phénomène, marginal il y a quelques années encore, n'est plus anecdotique.

Daniel, un apiculteur amateur corrézien, s'est fait voler deux ruches entre Noël et le 1er janvier
Daniel, un apiculteur amateur corrézien, s'est fait voler deux ruches entre Noël et le 1er janvier © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Sale temps pour les apiculteurs. Déjà confrontés à la problématique de mortalité des abeilles, ils sont désormais de plus en plus exposés à celle du vol des ruches. Cela concerne aussi bien les professionnels que les amateurs, et c'est une tendance qui se confirme d'année en année en Limousin.

"Sur quatre ruches, deux ont disparu entre Noël et le 1er janvier"

Daniel, apiculteur amateur habitant Allassac, près de Brive en Corrèze, peut en parler. Depuis quatre ans, il est propriétaire de quelques ruches. "Dix moins deux, donc huit" dit-il, "j'avais installé un petit rucher dans un bois qui m'appartient sur la commune de Donzenac, à trois kilomètres d'ici. Sur les quatre ruches, deux ont disparu entre Noël et le 1er janvier". Râlant et agaçant continue le retraité soucieux de préserver la nature et les abeilles, car c'est "_quelqu'un qui ne respecte pas les abeilles_. En cette saison, il ne faut pas déplacer les ruches avec le froid qu'il fait. Elles sont en grappe dans la ruche pour maintenir une température d'environ vingt degrés et, en les déplaçant, le risque est de tout tuer".

Des vols liés au renchérissement du prix des abeilles

Ces vols, "rarissimes il y a dix ans", ne sont plus des cas isolés. "Ce n'est plus anecdotique. Ca devient significatif et c'est un vrai problème" lance Nicolas Fermont, apiculteur professionnel à Saint-Sylvestre, en Haute-Vienne et représentant de l'association de développement de l'apiculture en Nouvelle-Aquitaine. "On explique surtout ce phénomène par le renchérissement du prix des abeilles". En cause, il y a la mortalité abeilles à laquelle doivent faire face les apiculteurs, notamment à cause des pesticides et du frelon asiatique. "Pour un professionnel, il n'est pas trop difficile de refaire des essaims afin de multiplier son cheptel. Mais, pour un amateur, cela peut être un peu plus compliqué. Et, malheureusement, des gens malhonnêtes sont tentés d'aller chaparder des ruches chez le voisin".

Au moins 200€ une ruche et son essaim

Car les ruches représentent une somme : une grosse centaine d'euros pour un essaim, en fonction de son âge, et au moins autant pour la ruche elle-même. "Vous volez quatre ruches, ça fait mille euros et un mois de travail" reprend Nicolas Fermont. Si le phénomène est difficilement quantifiable précisément, "on entend dire dans tous les cantons qu'une ou deux ruches disparaissent ici et là", il n'existe pas de solution miracle pour se prémunir de ce genre d'acte. Certains apiculteurs recommandent aux autres de positionner leurs ruches de façon discrète, loin de la vue des routes et des chemins par exemple. D'autres expliquent que cela n'empêche en rien les vols. Pour le reste, il existe bien des assurances, des caméras à fixer en forêt ou des gps intégrables aux ruches. Mais toutes ces solutions sont assez coûteuses, surtout pour les amateurs qui ne possèdent que quelques ruches.