Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lofti Boussouak, évadé devant le palais de justice de Tarascon, arrêté dans le Gard

Lofti Boussouak, qui s'était évadé le 28 janvier dernier grâce à l'intervention d'un commando armé devant le palais de justice de Tarascon, a été arrêté ce jeudi à Concoules, au nord d'Alès.

Police Judiciaire (illustration)
Police Judiciaire (illustration) © Radio France - Photographe: VINCENT PEREIRA

Marseille, France

Après sept mois d'investigation, les effectifs de la BRI de Montpellier, de la BRB de Marseille, de la brigade nationale de recherche des fugitifs de la Direction centrale de la police judiciaire, assistés des gendarmes gardois ont interpellé ce jeudi matin à 7h15, Lofty Boussouak et deux de ses complices à Concoules, au nord d'Alès (Gard).

14 mentions au casier judiciaire

Il s'était évadé le 28 janvier 2019 grâce à l'intervention d'un commando armé, alors qu'il était présenté au tribunal de grande instance de Tarascon (Bouches-du-Rhône). Il n'avait pas le statut de "détenu particulièrement surveillé" au moment de son évasion, avait précisé le procureur de la République de Tarascon Patrick Desjardins, mais il était "dans le spectre haut de la délinquance". Son casier judiciaire portait 14 mentions, des faits parfois bénins, mais aussi du trafic de stupéfiants.

11 douilles retrouvées lors de l'opération commando

A l'issue de l'opération commando qui avait permis cette'évasion, au moins 11 douilles avaient été retrouvées sur les lieux, à l'arrière du palais, dont plusieurs venaient d'un fusil d'assaut. Aucun des trois membres de l'escorte pénitentiaire, dont une femme, n'avait été blessé par balles. L'un avait reçu des coups, un autre avait été touché par des éclats de verre.

Choix de la station

France Bleu