Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Loire-Atlantique : 9 millions d'euros détournés par des garagistes

mardi 26 janvier 2016 à 18:49 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Quatre garagistes de plusieurs communes de Loire-Atlantique sont soupçonnés d'avoir revendu sous le manteau 2300 voitures d'occasion réparées. Au total, sept personnes ont été placées en garde à vue dans cette affaire.

L'enquête de gendarmerie se poursuit.
L'enquête de gendarmerie se poursuit. © Radio France - Sebastien Jarry

Loire-Atlantique, France

On leur reproche du travail illégal, une fraude à l'URSAAF et aux Assedics. Quatre garagistes de La Montagne, Couëron, Saint-Jean-de-Boiseau et Haute-Goulaine sont soupçonnés d'avoir participé à un vaste réseau de vente illégale de voitures. 

Selon les gendarmes, les garagistes achetaient des voitures d'occasion en Bretagne et en Pays de la Loire. Puis les réparaient et les revendaient sur la région nantaise. Il s'agissait de petits gabarits, des petites cylindrées coûtant de 1500 à 3000€.

3 personnes présentées à un juge

A première vue, tout était en règle au niveau de la carte grise, du contrôle technique. Mais problème, rien n'était déclaré. Les garagistes empochaient directement le prix de la vente. Ce petit manège aurait duré 3 ans. Au total, d'après l'administration fiscale, le manque à percevoir est de 9 millions d'euros.

Sept personnes ont été placées en garde à vue dans cette affaire. Trois d'entre elles ont été présentées à un juge ce mardi après plusieurs heures de garde à vue. Elles devraient être mises en examen et placées sous contrôle judiciaire.

Concernant les acheteurs, les gendarmes précisent qu'ils ne seront pas inquiétés par l'administration fiscale. En revanche, ils feraient mieux de s'assurer que tout va bien au niveau mécanique.