Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Loire-Atlantique et Vendée : des visières contre le coronavirus créées par des particuliers

-
Par , France Bleu Loire Océan

Ils sont plus d'une centaine à créer, chez eux ou dans leur petite entreprise, des visières de protection pour aider les soignants à se protéger contre le coronavirus.

Grâce à sa start-up, Marc Harmouet a fabriqué des visières aux Sables-d'Olonne pour le personnel soignant.
Grâce à sa start-up, Marc Harmouet a fabriqué des visières aux Sables-d'Olonne pour le personnel soignant. - Facebook Marc Harmouet

En Loire-Atlantique et en Vendée, des start-up et des particuliers retroussent leurs manches pour créer des visières de protection avec une imprimante 3D qu'ils envoient aux soignants pour les aider à se protéger du covid-19. Ce sont des serre-têtes où l'on fixe une vitre en plexi glace grande comme une feuille de papier A4 qui protègent le visage jusqu'au menton. Il faut néanmoins un masque en dessous pour être protégé. 

"Il y avait une question, j'avais la solution"

En Vendée, Marc Hermouet, patron de la start-up BM3BLS localisée dans la pépinière des Sables-d'Olonne, possède une imprimante 3D. Face au manque de masques, il pense à créer des visières pour le personnel soignant du coin. 

Au départ, il se met à en fabriquer un par heure. Puis, grâce à la découpe laser, il finit par monter à 100 masques par jour. Mais  le coup de main d'une entreprise du secteur fait prendre une toute autre dimension à son geste solidaire : la semaine prochaine, ils réussiront à sortir 35.000 visières en sept jours.

Nous, en Vendée, quand il y a un problème, on n'attend pas le gouvernement, on voit ce qu'on peut faire - Marc Hermouet

Le Vendéen partage sur Internet ses plans pour permettre à d'autres, dans d'autres régions, de fabriquer son modèle de visière. Il ne possède pas l'agrément, mais ne veut pas perdre de temps avant de les vendre à prix coutant, sans se faire de marge dessus, 10 euros pièce pour l'instant, 3 euros la semaine prochaine. 

"Il y avait une question, et j'avais une solution, j'allais pas rester sans rien faire, c'est juste pour rendre service... Etre confiné, voir ta boîte qui coule et se morfondre en se disant qu'on peut rien faire... Là au moins on se dit qu'on se rend utile", témoigne Marc Hermouet.

En Loire-Atlantique, les "makers sortent de leur garage"

En Loire-Atlantique, tout part d'un appel lancé par l'association A vos soins pour récupérer des masques. Un "maker" de Saint-Nazaire y répond. Il s'appelle Alexandre et possède une imprimante 3D chez lui, pour le plaisir, un cadeau pour ses 30 ans. Il s'en sert pour fabriquer des petits objets, comme des jouets pour ses enfants. Depuis qu'il s'y est mis, il a fabriqué 150 pièces offertes aux cabinets médicaux qui en manquaient près de chez lui.

Le mouvement est d'ailleurs parti de Loire-Atlantique. "Des dizaines de "makers" sont sortis de leur garage, l'effet domino, le bouche-à-oreille fait qu'en un peu moins d'une semaine on est à plus de 3.000 visières produites, faites et distribuées, soit sur des acteurs locaux de santé, soit des hôpitaux parisiens qui nous ont appelés en fin de semaine dernière, c'est juste hallucinant", raconte Nicolas Blouin co-directeur de l'association A vos soins. Un respirateur artificiel fabriqué par un "maker" est d'ailleurs en train d'être testé en ce moment.

ECOUTEZ - Le reportage de la rédaction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu