Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Loire-Atlantique : les apiculteurs ont récolté deux fois plus de miel que l'an dernier !

jeudi 25 octobre 2018 à 16:46 Par Thomas Larabi, France Bleu Loire Océan

La miellée 2018 est exceptionnelle en Loire-Atlantique ! 20 kilos de miel par ruche, près du double de l'an dernier. Une hausse due au climat favorable mais aussi à la lutte contre les pesticides selon le syndicat national d'apiculture.

Une moyenne de 20 kilos de miel par ruche en 2018, contre 11 kilos l'an passé.
Une moyenne de 20 kilos de miel par ruche en 2018, contre 11 kilos l'an passé. © Radio France - Thomas Larabi

Loire-Atlantique, France

L'hiver avait pourtant refroidi les ambitions des apiculteurs, avec une mortalité cinq fois supérieure à la normale chez les abeilles. Pourtant, la miellée 2018 est deux fois plus importantes que l'an dernier en Loire-Atlantique.

Un retour à la normale

Une embellie nationale, due au climat favorable de cet été mais aussi à la lutte contre les pesticides selon Franck Alétru, apiculteur vendéen et Président du Syndicat national d'apiculture, qui se félicite de ce "retour à la normale après la catastrophe des 5 dernières années".

"L'interdiction des néonicotinoïdes sur les tournesols et le maïs commence à faire son effet, les abeilles se sentent mieux. Et les dernières décisions gouvernementales devraient porter leur fruit d'ici un à deux ans" continue Franck Alétru, pour qui le meilleur reste à venir. 

L'apiculteur n'entend rien lâcher, car il reste "tout un tas d'autres produits loin d'être respectueux des abeilles : des insecticides, des fongicides, des herbicides ... il reste beaucoup de travail pour rendre l'environnement favorable aux pollinisateurs et les abeilles". "Il faut absolument éviter que de nouveaux produits soient autorisés à l'avenir en les évaluant de façon insuffisante" martèle-t-il depuis Rouen, où se déroule en ce moment le Congrès international de l'apiculture et de l'apithérapie. 2018, Happy-Culteurs.