Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Loire-Atlantique : en plein confinement, il montre ses fesses à l'hélicoptère de la Gendarmerie

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Ce mardi, l'hélicoptère de la Gendarmerie de Rennes a survolé l'arrière-pays d'Ancenis pour vérifier que les habitants respectent le confinement. Un promeneur sans attestation qui montrait ses fesses aux militaires passagers de l'hélicoptère a été verbalisé par des gendarmes arrivés en VTT.

Les gendarmes surveillent le respect du confinement par hélicoptère et par drône
Les gendarmes surveillent le respect du confinement par hélicoptère et par drône - Gendarmerie Nationale

Il n'y a pas que sur le littoral et dans les villes que les forces de l'ordre veillent au respect des mesures liées au confinement.  Ce mardi, un hélicoptère de la Gendarmerie Nationale a survolé  le secteur du Cellier, d'Oudon et de Teillé, notamment au niveau de l'ancienne voie ferrée qui a été transformée en voie verte très appréciée des promeneurs. Les gendarmes rappellent que le confinement est aussi imposé dans les zones rurales.

Les amendes se cumulent

Repéré, un promeneur a montré ses fesses au moment où l'hélicoptère le survolait. Il a vite été retrouvé par des gendarmes au sol qui circulaient à VTT. Entre temps, il avait remonté son pantalon. 

L'homme en est quitte pour deux amendes à 135 euros. L'une parce qu'il ne possédait pas d'attestation de déplacement dérogatoire. L'autre parce qu'il se baladait dans un endroit interdit par un arrêté préfectoral. L'accès à tous les espaces côtiers, forêts, lacs, plans d'eau et cours d'eau est interdit jusqu'au 15 avril pour l'instant. Quelques personnes ont été verbalisées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess