Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Loire-Atlantique : un an de prison avec sursis pour un automobiliste coupable d'homicides involontaires en 2017

jeudi 7 juin 2018 à 17:48 Par Grégory Jullian, France Bleu Loire Océan

Originaire de Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique, un homme de 56 ans a écopé d'un an prison avec sursis ce jeudi à Nantes. Il a été reconnu coupable d'homicides involontaires. Les faits remontent au 10 mai 2017 à Port-Saint-Père. Au volant de sa BMW, il a tué deux personnes.

-

Nantes

L'ambiance était pesante dans la salle d'audience numéro deux du Tribunal de Grande Instance de Nantes ce jeudi. A la barre, un homme de 56 ans, désemparé, dont la douleur transpire sur son visage, accusé d'homicides involontaires. Et derrière lui, à quelques mètres seulement, les rescapés de ce tragique accident de circulation survenu le 10 mai 2017 à Port Saint Père, à savoir, la mère et ses deux enfants. Très vite, le prévenu s’excuse auprès de la famille. "Depuis un an, je voulais discuter avec vous mais je n’ai pas osé, je ne savais pas si je devais le faire" dit-il. Puis, il reconnait sa responsabilité, le fait d’avoir perdu le contrôle de son véhicule. Mais à aucun moment, il n’explique son geste. "C’est le trou noir"dit-il. "La seule chose que je sais, c’est que j’ai pris deux Dafalgan Codéiné le jour de l’accident et que cela a peut-être eu une incidence" conclut-il. 

Une famille brisée

Dans la salle, assise sur un banc, les yeux rougis, c’est une famille digne mais brisée qui écoute attentivement l'accusé. "L'étendue des traumatismes est incommensurable. L’une des rescapées, une adolescente, connait des problèmes scolaires. Et sa sœur, qui est plus jeune, a des lésions cérébrales. Elle aura sans doute besoin d'être scolarisée dans une école adaptée" glisse leur avocate. Le procureur de la république réclame alors 16 mois de prison avec sursis. Finalement, l'homme écope d'un an avec sursis.