Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire : unanime, la classe politique condamne l'agression d'un policier à Rive-de-Gier

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers minuit, un policier a été gravement blessé à la tête à Rive-de-Gier (Loire). Un acte "irresponsable", "disproportionné", "lâche" écrivent les élus ligériens. Ils demandent plus de moyens policiers et réclament une justice exemplaire.

La classe politique ligérienne condamne l'agression d'un policier à Rive-de-Gier dans la nuit de jeudi à vendredi. Photo d'illustration.
La classe politique ligérienne condamne l'agression d'un policier à Rive-de-Gier dans la nuit de jeudi à vendredi. Photo d'illustration. © Radio France - Gilles Halais

Les réactions politiques sont nombreuses dans la Loire après l'agression d'un policier à Rive-de-Gier dans la nuit de jeudi à vendredi, vers minuit. Un acte "insupportable" pour Vincent Bony le maire communiste de Rive-de-Gier. "C'est particulièrement choquant ! On ne peut pas mettre en cause la vie d'un policier, ça ne passera jamais", poursuit le maire qui apporte "sa solidarité au fonctionnaire de police blessé."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Je dénonce aussi l'attitude et les agissements des fauteurs de troubles qui n'ont plus de retenues face aux forces de l'ordre" écrit de son côté le maire de Saint-Chamond, Hervé Reynaud (divers droite). L'équipage de police venait du commissariat de la ville. Le maire réclame plus de "moyens d'interventions ainsi que des sanctions fermes pour les auteurs de ces actes odieux."

La députée du Gier, Valéria Faure-Muntian, condamne aussi l'agression. "Pour que cela ne se reproduise pas, nous devons continuer à agir : prévention, éducation, emplois, sécurité, justice", tweete l'élue de la République en Marche.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des agressions "inqualifiables, inacceptables, inexcusables"

"De tels actes sont d’autant plus inadmissibles, qu’ils se déroulent alors même que les agents de la force publique ne font qu’accomplir leur mission", réagit de son côté le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau (Les Républicains). Il veut que la justice "prenne des mesures sévères et véritablement dissuasives, dès que le ou les auteurs des faits auront été arrêtés [...] que l’Etat combatte cette violence avec des peines sévères et réellement exécutées dans leur intégralité."

Le député Génération.s de Saint-Étienne Régis Juanico exprime lui sa "colère". "Ces agressions à répétition contre les forces de sécurité ou les sapeurs-pompiers sont inqualifiables, inacceptables, inexcusables", écrit le candidat aux départementales. 

"C'est un nouveau choc" pour Georges Ziegler (Les Républicains), le président du Département, une dizaine de jours après le meurtre d'un policier à Avignon. Il "souhaite que tout soit mis en œuvre pour que l’auteur de cet acte d’une extrême gravité en réponde devant la justice. Il est inconcevable que l’on puisse s’attaquer impunément à la République" conclut Georges Ziegler.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess