Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire : une surveillante de 53 ans agressée à la prison de La Talaudière

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Une surveillante pénitentiaire de 53 ans a été agressée par un détenu ce mardi matin à la prison de La Talaudière (Loire). Il lui a jeté de l'eau de javel au visage à l'ouverture des cellules, avant de la frapper. Légèrement blessée et très choquée, elle a été transportée au CHU de Saint-Étienne.

La surveillante a été agressée ce mardi matin (photo d'illustration).
La surveillante a été agressée ce mardi matin (photo d'illustration). © Radio France - Nina Valette

Les surveillants pénitentiaires sont sous le choc à La Talaudière (Loire). Une de leurs collègues a été agressée par un détenu ce mardi matin vers 7 heures, à l'ouverture des cellules.  Un détenu d'une trentaine d'années, décrit comme très perturbé, lui a jeté de l'eau de javel au visage avant de forcer le passage pour se retrouver sur la coursive. "Quand la surveillante a voulu le stopper, il lui a porté des coups au visage", raconte Stéphane Perrot, le secrétaire local du syndicat Ufap-Unsa Justice au centre pénitentiaire de la Talaudière. "La collègue est tombée sur la coursive et il s'est acharné sur elle au sol, en essayant de lui crever les yeux et en essayant de la mordre au cou."

Sept jours d'ITT pour la surveillante agressée

La surveillante, légèrement blessée mais très choquée a été transportée au CHU par les pompiers. Elle est sortie de l'hôpital dans la journée et a été entendue par la police. Elle s'est vu prescrire sept jours d'incapacité temporaire de travail (ITT) et a porté plainte. Un autre surveillant a lui aussi été blessé dans la bagarre, mordu au mollet par le détenu. Il écope de cinq jours d'ITT.

Le détenu, un Ligérien originaire de l’Horme et placé en détention provisoire à la Talaudière pour tentative d’homicide, a été placé en garde à vue. Il doit être jugé ce mercredi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne, pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique et rébellion. Apparemment, il est fragile psychologiquement, c'est pour ça qu'il était seul dans sa cellule. Il devrait être transféré dans les jours à venir. 

Des surveillants "plus en sécurité" selon l'Ufap-Unsa

En réaction à cette agression, les surveillants présents ce mardi matin ont cessé le travail. "Il y a eu un mouvement de grogne et on s'est réuni pour demander à la direction notamment le transfert de quatre détenus de l'étage où a eu lieu l'agression", explique Stéphane Perrot. Selon le délégué syndical, ces détenus perturbent la vie de l'étage depuis un moment. 

Il faut dire que l'ambiance est tendue en ce moment au centre pénitentiaire de la Talaudière. Lors du week-end de Pâques, 43 détenus avaient refusé de regagner leurs cellules après la promenade, provoquant l'intervention des ERIS, les équipes régionales d’intervention et de sécurité. "On est en sous-effectif", explique Stéphane Perrot. "Notre établissement reçoit des détenus dangereux, qui peuvent être agressifs, qui ont des grosses peines. Les collègues ne travaillent plus en sécurité."

Toujours selon le secrétaire Ufap-Unsa Justice, il y a environ 400 détenus au centre pénitentiaire de la Talaudière, pour 110 surveillants en uniforme. L'établissement est en théorie dimensionné pour accueillir 280 détenus. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess