Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lot : une famille dépose plainte contre le Samu après la mort d'un proche

mardi 15 mai 2018 à 20:13 Par Stéphanie Mora et Boris Loumagne, France Bleu Occitanie et France Bleu

C'est l'affaire Naomi à Strasbourg qui a poussé la famille de Jacques Orget à porter plainte. Ce septuagénaire est décédé chez lui, dans le Lot, à Concots, le 30 mars dernier. Selon ses proches la chaîne de soins d'urgence n'a pas fonctionné. Le Samu 46 se défend.

Le parquet de Cahors a ouvert une enquête
Le parquet de Cahors a ouvert une enquête © Radio France - Stéphanie Mora

Cahors, France

Quelques jours après le scandale qui a éclaté à Strasbourg, avec la mort de Naomi Musenga, une jeune fille qui n'avait pas été prise au sérieux par l'opératrice du Samu, nos confrères de France 3 révèlent qu'une famille de Concots porte plainte contre le Samu du Lot.  Cette fois, l'affaire concerne un homme de 70 ans qui souffrait d'emphysème. Selon son épouse, le Samu aurait tardé à intervenir, ce qui aurait provoqué la mort de son mari. Annie Orget a donc porté plainte pour non-assistance à personne en danger.

La colère de la famille

Ce 30 mars, il est 19h45 quand Annie compose le 15. Son mari est "dans un état critique", dit-elle. Au bout du fil, l'opérateur lui conseille d'augmenter le taux d'oxygène de l'appareil de Jacques. Quelques instructions qui ne correspondent en rien à l'état d'urgence dans lequel se trouvait le septuagénaire, selon sa fille, Muriel : "Quand ma mère a appelé la première fois, mon père était dans un état critique et il avait besoin d'être pris en charge." Mais ce n'est pas seulement ce qui provoque la colère de Muriel : "Après le premier appel, ils ont dit à ma mère qu'ils rappelleraient dans une heure. Mais ne voyant pas l'appel arriver, et voyant l'état critique de mon père, c'est ma mère qui a dû rappeler." Lors du second appel, l'opérateur prévient un médecin de garde qui mettra plus de 40 minutes à arriver depuis Villefranche-de-Rouergue. En voyant Jacques, le médecin prévient les urgences, mais il est déjà trop tard. Malgré les tentatives de réanimation, Jacques s'éteint peu après minuit.

La réponse du Samu

De son côté, le Samu du Lot se défend. Selon eux, Annie a bien composé le 15 sauf que son appel n'a pas été pris en charge par le SAMU mais par la médecine libérale. C'est ce qu'affirme le Docteur De Breu : "On fait un amalgame. Cet appel a été régulé par la médecine libérale, et non par le SAMU. Cela a été fait conformément aux bonnes règles."

Le SAMU aurait envoyé un courrier à la famille pour éclaircir cette affaire. Le parquet de Cahors a ouvert une enquête.