Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay : "Changer la culture de l'église sur les questions de pédophilie"

mercredi 22 août 2018 à 21:15 Par Alexandre Vau, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

Depuis son lancement, mardi, la pétition du père Vignon qui demande le départ du cardinal Barbarin démarre fort. Une méthode qui n'est pas partagée par l'évêque du Puy-en-Velay, Luc Crépy, responsable de la commission permanente de lutte contre la pédophilie.

Luc Crépy est aussi responsable de la commission permanente de lutte contre la pédophilie.
Luc Crépy est aussi responsable de la commission permanente de lutte contre la pédophilie. © Maxppp - REMY PERRIN

Loire, Haute-Loire, France

Depuis son lancement, mardi, la pétition du prêtre de Valence, Pierre Vignon, qui demande le départ du cardinal Barbarin a déjà recueilli 10.000 signatures. Cette pétition est partie de l'appel du pape François à se mobiliser contre la pédophilie au sein du clergé catholique. Pierre Vignon est le premier à demander la démission du cardinal Barbarin qui sera jugé en janvier 2019.

"Une pétition n’éradiquera pas les choses"

Pour l’évêque du Puy-en-Velay, monseigneur Marc Crépy, qui est aussi président de la Cellule permanente de lutte contre la pédophilie qui a déjà reçu entre 400 et 500 appels en deux ans, cette pétition n'est pas la solution :

Je ne pense pas que ce soit le bon moyen d'éradiquer les choses. Pour moi, la vraie nouveauté est la lettre du Pape. Des mesures vont suivre. Il faut qu'il y ait un changement de culture interne à l'église sur ces question. Et je pense qu'aujourd'hui on assiste à une prise de conscience. Je le vois dans l'église de France. Moi le premier. J'ai déjà fait appel au procureur pour faire un signalement. Mais il faut d'abord laisser faire la justice. C'est pour ça que je ne suis pas pour les pétitions. Justice civile d'abord, puis justice ecclésiale."

L’évêque du Puy rappelle que chaque évêché a mis en place une cellule d'écoute et d'accueil des victimes, et que les victimes d'actes de pédophilie seront reçues à l'assemblée plénière des évêques de France, en novembre prochain à Lourdes.

"On est les premiers à avoir brisé l'omerta"

Pour rappel, l’archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, est poursuivi pour non-dénonciation d'agressions sexuelles, en particulier celles commises par le père Preynat sur des scouts dans les années 80. Le père Preynat a été muté dans le Roannais au début des années 90 après la plainte d'une des victimes supposées. Il est actuellement dans un monastère en Saône-et-Loire.

Pour François Devaux, président de l'association La parole libérée qui a déjà rencontré près de 80 victimes présumées, et lui même victime des agissements du père Preynat, il faut saluer le courage de Pierre Vignon avec cette pétition :

C'est la première fois qu'on a un discours à la hauteur de nos espérances de la part d'un membre de l'institution catholique qui prend une position qui rejoint la notre sur la nécessité d'une tolérance zéro. Et c'est en cela qu'on peut saluer le courage du père Vignon parce qu'il met en danger sa situation personnelle pour remettre du sens alors que d'autres personnes devraient le faire. Si on est les premiers à avoir brisé cette omerta, c'est qu'elle est très forte et vient mettre en cause des puissances très fortes."

A LIRE AUSSI : Un prêtre du diocèse de Valence demande la démission du cardinal Barbarin