Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay : "La lutte contre la pédophilie ne peut pas se faire sans les victimes"

vendredi 2 novembre 2018 à 18:42 Par Victor Vasseur, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu Pays d'Auvergne

Les 118 évêques catholiques de France se réunissent en assemblée plénière à partir de samedi à Lourdes. Plusieurs victimes de pédophilie dans l’Eglise sont attendues dans la cité mariale.

Mgr Luc Crépy, évêque en charge de la lutte contre la pédophilie.
Mgr Luc Crépy, évêque en charge de la lutte contre la pédophilie. © Maxppp - Rémy Perrin

Haute-Loire, France

Ce week-end, la conférence des évêques de France aura une teneur particulière. La parole sera donnée aux victimes. Avec cette rencontre, l’épiscopat souhaite montrer "qu’il ne reste pas sans rien faire" devant les révélations d’agressions sexuelles, car "la lutte contre la pédophilie ne peut pas se faire sans les victimes".

Pour Monseigneur Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay : "Un certain nombre de victimes voulait rencontrer des victimes. Nous avons choisi de pouvoir réaliser cette rencontre et permettre ce temps d’échange, de partage, de réflexion".

L’évêque en charge de la lutte contre la pédophilie poursuit : "La culture du secret, la tentation de minimiser la gravité des abus sexuels, l'oubli ou le refus d'écouter les victimes et la tentation de vouloir défendre à tout prix l'institution sont autant d'obstacles à surmonter dans l'Église."

La principale association de victime, La Parole libérée, renonce à y participer. Ses principaux fondateurs jugeant l'accueil proposé très peu respectueux des victimes. 

Des groupes de travail

La rencontre de ce samedi ne se fera pas dans le traditionnel hémicycle de Lourdes, comme le réclamaient les victimes, mais dans des groupes de travail. 25 à 30 évêques seront réunis avec deux victimes.

Pour Mgr Luc Crépy : "C’est une étape importante dans le travail que les églises mènent. Le travail ne peut pas se faire sans les victimes. J’espère que cette journée va ouvrir un certain nombre de pistes pour continuer tout ce travail de lutte contre la pédophilie dans l’Église".

Cette rencontre arrive quelques jours après l’éviction du prêtre lanceur d’alerte Pierre Vignon. En août dernier, il avait appelé à la démission du cardinal Barbarin accusé d'avoir couvert des faits de pédophilie au sein de l'Église. Mgr Luc Crépy reconnaît "que la conjugaison des deux événements donne un effet négatif sur ce que l’Église essaie pourtant de faire dans ce travail pour la lutte contre la pédophilie, auquel le Père Vignon participe."

"Le Père Vignon est un homme qui lutte contre la pédophilie dans l’église. Il a choisi de prendre position avec une pétition pour la démission du cardinal Barbarin. C’est un choix difficilement compatible avec quelqu’un qui doit exercer par ailleurs une responsabilité de juge en lien avec les évêques. Cette décision se comprend aussi." — Mgr Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay.