Faits divers – Justice

L'ex-patron du PS en Gironde Ludovic Freygefond relaxé en appel des faits de harcèlement moral

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde mardi 29 novembre 2016 à 20:35

Maître Gonthier et Ludovic Freygefond
Maître Gonthier et Ludovic Freygefond © Maxppp - Maxppp

L'ancien patron du parti socialiste en Gironde, et ancien maire du Taillan-Médoc jusqu'en 2014, Ludovic Freygefond, a été relaxé mardi, par la cour d'appel de Bordeaux, des faits de harcèlement moral contre son ancien directeur de cabinet. Il se dit heureux.

C'est l'une des deux affaires qui avaient précipité la chute du n°1 du PS en Gironde fin 2014, également à l'époque maire du Taillan-Médoc, vice-président de la Métropole de Bordeaux et de la Région Aquitaine. Il était accusé d'avoir envoyé 438 mails à caractère amoureux et sexuels à son jeune directeur de cabinet, qui avait démissionné en 2012 et porté plainte dans la foulée.

Pourvoi en Cassation ?

En 1ère instance, Ludovic Freygefond avait été condamné à un an de prison avec sursis et deux ans de privation des droits civiques. Ce que n'a donc pas confirmé la Cour d'Appel, qui "ne nie pas qu'il y ait eu harcèlement, mais qui estime que la dégradation des conditions de travail du collaborateur n'a pas été prouvée juridiquement" selon maître de Contençin, l'avocat d'Alexandre Metzinger, qui a 5 jours pour se pourvoir en Cassation s'il le souhaite.

En réalité, ça n'est pas pour harcèlement moral, mais sexuel qu'il aurait du être poursuivi, avait expliqué en premiè(re instance le vice-procureur de la République. Cette prévention n'avait pas été retenue à l'époque du fait d'un vide juridique de quelques mois en 2012 entre l'abrogation de ce délit et la promulgation d'une loi redéfinissant le harcèlement sexuel.

"Immense joie"

Ludovic Freygefond dans un communiqué, a fait part de "son immense joie après des mois difficiles sali par des accusations outrancières. Justice a été rendue".

L'ex-patron du PS en Gironde en revanche, s'était vu confirmé en appel dans la 2ème affaire le concernant, une condamnation de 18 mois avec sursis et 5 ans d'inégibilité pour des faits de prise illégale d'intérêt et de corruption passive sur une opération immobilière : il lui était reproché d'avoir profité de son statut d'élu pour acheter à des prix préférentiels des terrains sur sa commune du Taillan-Médoc.

Partager sur :