Faits divers – Justice

Lutte contre la violence à Échirolles : "Il faut changer de stratégie" dit le maire, Renzo Sulli

Par Laurent Gallien, France Bleu Isère mercredi 28 septembre 2016 à 11:00

Le maire Renzo Sulli explique au Préfet Lionel Beffre qu'il faut "changer de stratégie"
Le maire Renzo Sulli explique au Préfet Lionel Beffre qu'il faut "changer de stratégie" © Radio France - Laurent Gallien

Après une série de coups de feu et règlement de compte en Septembre à Échirolles, le maire de la commune de la banlieue grenobloise avait invité le Préfet ce mardi à une visite du quartier des Essarts. Pour voir ce que tous les habitants voient.

"Pour l'instant tout est visible, on a affaire à des petits malfrats de quartiers, on ne va pas attendre que ça s'enkyste!". Depuis 10 ans au moins c'est loin d'être la première fois que le maire d'Échirolles Renzo Sulli fait état de ses préoccupations à un Préfet mais on sent bien que la moutarde monte au nez. Et le nouveau Préfet de l'Isère Lionel Beffre, pour sa première visite à Échirolles - et même sous surveillance policière - a pu voir : les bandes en pied d'immeuble et jusqu'aux horaires de trafic affichés au-dessus d'une entrée. "Les opérations coups de poing de la Police Nationale sont efficaces, il faut les faire" dit Renzo Sulli, "mais on ne s'attaque qu'aux conséquences quand il y a des tirs [...] mais la cause elle est là!".

Dealers et guetteurs installent des canapés sur la place et affichent les horaires

Pour le maire il faut s'occuper sérieusement d'Échirolles alors qu'on a "beaucoup fait ces dernières années sur le quartier Mistral à Grenoble, qui avait des difficultés à une autre échelle et on peut comprendre, mais maintenant il faut agir ici pour éradiquer le trafic en pied d'immeuble". Et pour Renzo Sulli la stratégie est claire : "Il suffit de les déstabiliser, pendant 6 mois vous passez tous les jours pour leur dire circulez, circulez [...] déjà les habitants voient la force publique qui est là et puis voilà, vous déstabilisez, le trafic sera obligé de se déplacer vers des lieux moins "sécure"" . Pour les habitants la situation est intenable. "Les gens déménagent" dit une dame. "Cet été place Beaumarchais, ils ont installé des canapés et des transats et les famille devaient faire le tour" raconte Thierry Monel, premier adjoint.

La visite du maire et du Préfet de l'Isère au coeur du quartier des Essarts à Echirolles

Les gens ne parleront pas tant qu'il y a cette ambiance là

"Oui on a peur" raconte cette maman devant l'école Jean-Paul Marat. "Quand il y a des coups de feu j'explique à mes enfants que ce sont des pétards, des feux d'artifice..." Faut-il plus de police? "Oui oui, bien sûr, quand elle est là je suis plus sereine."
Mais une lutte contre les trafic n'est efficace que lorsque les auteurs sont traduits en justice et condamnés. Il faut une traduction judiciaire des faits. C'est ce que rappelle le Préfet Lionel Beffre qui déplore le manque d'implication des habitants, en terme de témoignage. "Mais les gens ne parleront pas tant qu'il y a cette ambiance là" et le sentiment que les petits malfrats ont l'impunité, objecte Renzo Sulli. Un Préfet qui toutefois reconnait : "Il faut qu'il y ait la présence régulière des forces de police. Une présence qui inquiète non pas la population mais les délinquants, les dealers." Sur la question des moyens importants mis quartier Mistral? : "On a les moyens de faire les deux, et d'ailleurs on n e peut pas faire l'un et pas l'autre". Lionel Beffre qui se serait montré mardi soir et après la visite d'Échirolles, plus favorable qu'il ne l'était jusqu'à présent à une rencontre sur le thème de la sécurité à l'échelle de l'agglomération et, au moins, de la zone Police (Grenoble, Échirolles, St Martin d'Hères, Fontaine). Un embryon de cette "table ronde" que Renzo Sulli et d'autres dans l'agglomération appellent de leurs vœux.

Renzo Sulli et le Préfet de l'Isère

Dans certaines entrées le trafic affiche ses horaires - Radio France
Dans certaines entrées le trafic affiche ses horaires © Radio France - Laurent Gallien

Partager sur :