Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Luxleaks : le deuxième lanceur d'alerte, le Messin Raphaël Halet, sort de l'ombre

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Le deuxième lanceur d'alerte de l'affaire Luxleaks sort de l'ombre. Le Messin Raphaël Halet, qui avait souhaité garder l'anonymat, accepte d'expliquer son rôle dans ce scandale d'évasion fiscale. Il est jugé au Luxembourg aux côtés du lanceur d'alerte vosgien Antoine Deltour et d'un journaliste.

Raphael Halet, à droite, en compagnie de ses avocats Bernard Colin et May Nalepa
Raphael Halet, à droite, en compagnie de ses avocats Bernard Colin et May Nalepa © Maxppp - Sergio de Gouveia

On l'oublie parfois mais il y a deux Lorrains lanceurs d'alerte dans l'affaire Luxleaks, qui est jugée depuis ce mardi au Luxembourg. Aux côtés du très médiatisé Antoine Deltour, originaire des Vosges, et d'un journaliste, Edouard Perrin,  il y a un Messin, Raphaël Halet. Lui aussi, comme Antoine Deltour, doit répondre de vol et violation du secret professionnel. Tous deux travaillaient pour le même cabinet d'audit luxembourgeois, PriceWaterHouseCoopers. L'un après l'autre, ils ont dévoilé des documents explosifs qui démontrent que le Luxembourg proposait à des multinationales des taux d'imposition défiant toute concurrence en Europe. Des taux parfois quasi nuls.

Je réalise que tout ce système qu'on appelle optimisation fiscale va à l'encontre de mes valeurs, de l'intérêt général

Le Messin Raphaël Halet travaillait dans un service administratif du cabinet PriceWaterHouseCoopers. Dans le sillage du premier lanceur d'alerte, il a dévoilé  des déclarations fiscales de grosses sociétés, reprises ensuite par le consortium international de journalistes d'investigations (ICIJ) en 2014. Tout démarre en mai 2012, quand il voit l'émission télé Cash Investigation, qui révèle cette pratique d'évasion fiscale du Luxembourg.

"Quand je vois le reportage à la télé, c'est un vrai choc, explique Raphaël Halet. Je comprends où j'ai mis les pieds, pour qui je travaille. Je réalise que tout ce système qu'on appelle optimisation fiscale va à l'encontre de mes valeurs, de l'intérêt général. Donc j'essaie d'aider comme je peux le journaliste de Cash Investigation".

Je ne peux pas continuer à travailler comme ça, me regarder dans une glace

"Je ne peux pas continuer à travailler comme ça, me regarder dans une glace en sachant que le soir je vois mes enfants et que ce qu'ils ne peuvent pas faire à l'école ou à l'hôpital, c'est moi, quelque part qui y ait contribué, poursuit le Messin. Quand vous allez aux urgence à l'hôpital et que vous attendez cinq ou six heures, on vous explique qu'on ne peut pas aller plus vite parce qu'il n'y a pas assez d'infirmières, de médecins. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de budget, parce qu'on n'a pas assez d'argent qui rentre dans les caisses de l'Etat. Tout ça parce que certains ne jouent pas le jeu de la justice fiscale de payer en fonction de ce qu'on gagne. "

On estime que près de 1.000 milliards euros d'impôts échappent aux pays de l'Union européen à cause de l'optimisation fiscale.

Les lanceurs d'alerte de l'affaire Luxleaks risquent cinq ans de prison et près d'un million d'euros d'amende

Raphaël Halet qui avait souhaité rester anonyme jusqu'au procès, accepte aujourd'hui de raconter son rôle dans l'affaire Luxleaks, parce que le procès a débuté et qu'il est cité publiquement devant un tribunal. Ce père de famille âgé de 40 ans a négocié un départ à l'amiable avec son ancien employeur, mais se retrouve aujourd'hui au chômage. Il pourrait être auditionné ce vendredi ou mardi au Luxembourg.

Le procès doit s'achever mercredi prochain, le 4 mai. Les lanceurs d'alerte de l'affaire Luxleaks risquent cinq ans de prison et près d'un million d'euros d'amende.

Choix de la station

France Bleu