Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins quatre morts et 11 blessés

Faits divers – Justice

Luxleaks : pour Raphaël Halet, "une multinationale ne peut pas détourner la justice française"

lundi 8 janvier 2018 à 18:41 Par Rachel Noël, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Dans l’affaire Luxleaks, Raphaël Halet et le journaliste Edouard Perrin attaquent devant la justice. Ils demandent l’annulation d’une ordonnance qui avait permis à la société luxembourgeoise PWC de faire le lien entre les deux hommes, le lanceur d’alerte et le journaliste.

Les soutiens de Raphaël Halet seront devant le tribunal de Metz mardi
Les soutiens de Raphaël Halet seront devant le tribunal de Metz mardi © Radio France - Rachel Noel

Metz, France

Un rassemblement citoyen pour soutenir la liberté de la presse et la protection du secret des sources est organisé mardi 9 janvier 2018, à partir de 9h devant le tribunal de Metz à l'appel de la CGT, la ligue des droits de l'homme, Anticor et le parti communiste. Ce sera une heure avant l'audience devant le tribunal des référés de Metz.

L’ordonnance qui a tout changé

Le tribunal des référés de Metz examine ce mardi 9 janvier, à 10h la demande déposée par le lanceur d'alerte messin Raphaël Halet et le journaliste de Cash Investigation Edouard Perrin.

Ils demandent l'annulation d'une ordonnance qui avait permis à PriceWaterhouseCoopers de faire le lien entre les deux hommes.

Suite à cette ordonnace, un perquisition avait été organisée chez Raphael Hallet et son ordinateur et ses mails saisis.

Manque de rigueur ou collusion ?

C'est la présidente du tribunal de grande instance de Metz qui avait signé cette ordonnance. Dessus, il était clairement écrit que le groupe luxembourgeois voulait trouver le lien entre le lanceur d'alerte et le journaliste.

Pour Jacques Maréchal, représentant du parti communiste en Moselle, ce n'est pas forcément l'essentiel. Mais il faut que le rassemblement soit le plus large possible pour qu'une telle chose ne se reproduise plus.

Pour Raphaël Hallet l’objectif, c'est aussi qu'aucun salarié ne puisse subir la pression d'un employeur comme lui l'a vécu.

"Le but c’est de montrer qu’une multinationale ne peut pas détourner la justice française pour arriver à ses fins. Un citoyen même petit peut se battre contre le système et être le caillou dans le chaussure des multinationales."

Dans cette affaire Luxleaks, le jugement en cassation de la condamnation de Raphaël Halet et d'Antoine Deltour est attendu le 11 janvier.