Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lycéen blessé par une balle en caoutchouc à Montreuil : peine alourdie pour le policier qui a tiré

mardi 28 mars 2017 à 16:10 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

La cour d'appel de Paris a condamné, mardi, à 18 mois de prison avec sursis le policier qui avait tiré une balle de défense et blessé à l’œil un lycéen à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en 2010. C'est six mois de plus qu'en première instance mais il retrouve le droit d'exercer sa profession.

Une peine plus lourde mais l'abandon de l'interdiction d'exercer pour le policier.
Une peine plus lourde mais l'abandon de l'interdiction d'exercer pour le policier. © Maxppp -

Paris, France

La cour d'appel de Paris a décidé d'alourdir la peine infligée à un policier qui avait tiré une balle de défense et blessé un lycéen à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Elle l'a condamné à 18 mois de prison avec sursis au lieu de 12 mois en première instance. Il ne pourra plus porter un pistolet de défense (type Flash Ball) pendant trois ans au lieu de deux ans.

Abandon de l'interdiction d'exercer pour le policier

La cour d'appel a supprimé l'interdiction d'exercer pendant un an qui avait été décidée par le tribunal en avril 2015. Le policier était accusé de "violences aggravées " mais aussi de "faux et usages de faux" car il avait menti sur un procès-verbal. Il avait présenté sa victime comme un caillasseur, ce qu'une vidéo a démenti.

La famille du lycéen est déçue

La famille du jeune homme, qui n'était pas présent au tribunal, n'a pas caché sa déception après la suppression de l'autorisation d'exercer pour le policier.

Le lycéen, âgé de 16 ans à l'époque, avait été touché à l’œil. Il a souffert de multiples fractures au visage. Il a dû subir plusieurs interventions chirurgicales pour sauver son œil.

Mon fils est bousillé" - la mère du lycéen

"Pour Geoffrey, l'interdiction d'exercer c'était l'essentiel, c'était la vraie sanction", a indiqué sa famille. "Pour nous, ce n'est pas fini, mon fils est bousillé", a déclaré sa mère. "Je ne peux pas accepter ce jugement qui dit qu'un policier peut continuer à travailler après avoir été condamné pour faux. Je ne l'accepterai jamais", a affirmé le père du jeune homme.