Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lycéens mis à genoux à Mantes-la-Jolie : pas de comportements déviants de la part des policiers selon l'IGPN

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'enquête administrative dans l'affaire des interpellations de 151 lycéens mis à genoux à Mantes-la-Jolie (Yvelines) en décembre a établi "qu'il n'y avait pas de faute" commise par la police, a indiqué ce jeudi Brigitte Jullien, la patronne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

En décembre,  une marche avait été organisée dans la ville pour protester contre l'arrestation des lycéens.
En décembre, une marche avait été organisée dans la ville pour protester contre l'arrestation des lycéens. © Radio France - Pauline Pennanec'h

Mantes-la-Jolie, France

" Il n'y a pas eu de comportements déviants de la police" a inquié Brigitte Jullien, devant une commission d'enquête de l'Assemblée nationale ce jeudi. La patronne de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a indiqué que l'enquête administrative dans l'affaire des interpellations de 151 lycéens mis à genoux à Mantes-la-Jolie (Yvelines) le 6 décembre 2018 a établi "qu'il n'y avait pas de faute" commise par la police. 

Une enquête préliminaire suit son cours dans ce dossier avec les premières auditions lundi des lycéens qui ont porté plainte.

Une vidéo qui avait fait polémique

Le 6 décembre, 151 jeunes de 12 à 21 ans avaient été interpellés après des incidents en marge d'une manifestation dans le cadre d'une mobilisation nationale des lycéens, et forcés de se tenir à genoux mains sur la tête pendant plusieurs heures. La vidéo de leur arrestation avait provoqué un tollé.