Faits divers – Justice DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Lyon-Turin : Erri De Luca n'a pas incité au sabotage

Par Denis Souilla, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu lundi 19 octobre 2015 à 16:01

"Une injustice a été évitée" a commenté Erri de Luca
"Une injustice a été évitée" a commenté Erri de Luca © Maxppp

L'écrivain italien Erri de Luca a été relaxé lundi midi par le tribunal correctionnel de Turin (Piémont italien) , qui le jugeait pour "incitation au sabotage" du chantier du tunnel Lyon-Turin.

Vivats et cris de joie des partisans de l'écrivain italien dans la salle d'audiences à l'énoncé du jugement. Le parquet avait requis 8 mois de prison il y a plusieurs semaines. L'intéressé avait annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il n'aura pas se reposer la question puisqu'il a été relaxé ce lundi midi. "Le délit n'est pas constitué", a brièvement dit la présidente. Les attendus de cette décision ne sont pas connus pour l'heure.

"Une injustice a été évitée", a brièvement commenté l'intéressé peu après ce verdict. Avant que le tribunal ne se retire pour délibérer Erri De Luca avait redit qu'il était convaincu que "la ligne prétendûment à grande vitesse en Val de Suse devait être freinée, entravée, donc sabotée pour la légitime défense de la santé, du sol, de l'air, de l'eau d'une communauté menacée". "Je suis inculpé pour avoir employé le verbe saboter. Je le considère noble et démocratique", avait encore déclaré l'écrivain. Dans la salle, une petite centaine de personnes étaient présentes, certaines avec une écharpe proclamant "io sto con Erri" (je soutiens Erri).

"on est encore libre de pouvoir exprimer les convictions" a réagi Erri de Luca

L'auteur a ensuite pris la direction du Val de Suse pour rejoindre les opposants au Lyon-Turin. De son côté, la société franco-italien TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin) se refuse à tout commentaire sur la décision judiciaire. Dans un communiqué elle rappelle qu'elle a depuis des mois lancé un "appel aux opposants de la liaison ferroviaire Lyon Turin pour que cesse la violence".

Reportage de Mathilde Imberty au tribunal de Turin