Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lyon : un acte de vandalisme sur une plaque à la mémoire de Juifs déportés en 1943 par la Gestapo

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Une plaque commémorative rendant hommage aux victimes d'une rafle de la Gestapo en février 1943 a été vandalisée à Lyon, rue Sainte-Catherine, dans la nuit de dimanche à lundi. De nombreux noms ont été rayés au marqueur noir sur la moitié de cette plaque.

La plaque vandalisée est située au 12 rue Saint-Catherine dans à Lyon (1er arrondissement)
La plaque vandalisée est située au 12 rue Saint-Catherine dans à Lyon (1er arrondissement) - (capture d'écran Twitter)

Lyon, France

Une plaque commémorative, où figurent les noms des victimes juives d'une rafle de la Gestapo le 9 février 1943, a été vandalisée au 12 rue Sainte-Catherine à Lyon (1er arrondissement), dans la nuit de dimanche à lundi. Toute une moitié de cette plaque, où sont inscrits 86 noms, a été rayée au marqueur noir. 

"Une insulte et un coup porté à chaque Lyonnais"

Parmi les premières réactions d'élus locaux, celle du maire de Lyon, Gérard Collomb : "Mon Lyon c’est celui de la capitale de la résistance. Voir ainsi souillée la plaque commémorative de la rue Sainte-Catherine et la mémoire des victimes du nazisme est une insulte et un coup porté à chaque lyonnais". 

"La mémoire de ceux que la Gestapo a raflé"

David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, a également réagi vivement face à ceux qui ont "piétiner la mémoire de ceux que la Gestapo a raflé, ce 9 février 1943". Il rappelle que parmi les 84 déportés à l'époque, internés au camp de Drancy puis envoyés vers des camps d’extermination, quatre personnes sont toujours en vie. "Aujourd’hui, plus encore, je souhaite leur rendre hommage. Nous ne les oublierons pas."

Enfin, Fouziya Bouzerda, la présidente du Sytral et adjointe au maire de Lyon, parle d'"un acte lâche" et conclue : "Le combat contre l’antisémitisme est le combat de tous !".

La justice saisie par la Licra

La Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme (Licra) a décidé de saisir la justice et rappelle sur Twitter que la rafle du 9 février 1943 avait été commanditée par Klaus Barbie, un "crime contre l'Humanité" jugé comme tel "par la cour d’Assises du Rhône le 4/7/1987".

Lundi, en début d'après-midi, la plaque a été nettoyée par les services municipaux de la ville de Lyon.

La plaque a été nettoyée par les services municipaux de la ville de Lyon lundi après-midi - Aucun(e)
La plaque a été nettoyée par les services municipaux de la ville de Lyon lundi après-midi - François-Xavier Martin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu