Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Loire : une mère de famille en prison pour avoir frappé une maîtresse

mardi 6 mars 2018 à 18:49 Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

C'est une décision peu commune qu'a prise le tribunal correctionnel de Roanne (Loire) ce mardi. Il a condamné une mère de famille à une peine de prison ferme pour avoir frappé l'enseignante de sa fille. Elle va passer une première nuit en prison.

Le tribunal de Roanne devant lequel les manifestants se sont rassemblés
Le tribunal de Roanne devant lequel les manifestants se sont rassemblés © Maxppp -

Mably, France

Une mère de famille de 28 ans, qui scolarisait ses enfants dans la Loire, à Mably, près de Roanne, a été condamnée ce mardi à une peine de prison de 18 mois, dont douze ferme. Le tribunal a même prononcé un mandat de dépôt à son encontre. Elle a donc été conduite en prison dans la foulée de l'audience. 

En mars 2017, elle avait violemment frappé une enseignante de l'école des Tuileries qui était la maîtresse de sa fille. C'est le quotidien La Tribune-Le Progrès qui a dévoilé cette information. La maman pensait (à tort, NDLR) que la maîtresse avait frappé son enfant.

Rassemblement d'enseignants devant l'école

A l'initiative du syndicat SNUIPP-FSU, une trentaine d'enseignants se sont réunis devant le tribunal pendant l'audience. Il n'ont pas lancé de slogan ni déployé de banderole. Ils voulaient juste marquer leur solidarité à l'égard de leur collègue qui reste traumatisée par cette agression. 

"On voulait absolument exprimer notre solidarité. Je ne commente pas une décision de justice, mais ça démontre quand même qu'on ne touche pas aux enseignants comme ça.  Il y a quand même encore dans ce pays une justice, un domaine sacré : on n'agit pas de façon violente vis-à-vis des gens qui s'occupent correctement des enfants" — Jean-Marc Boudot, délégué SNUIPP-FSU à Roanne