Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Nordahl Lelandais

Maëlys, deux ans après : l'instruction touche à son terme

Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, Maëlys, 8 ans, est enlevée et tuée lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, par un des invités, un certain Nordhal Lelandais. Il est écroué à la maison d’arrêt de Saint-Quentin-Fallavier depuis le 3 septembre 2017. Deux ans après, où en est l'instruction ?

La France découvre le visage de Maëlys, qui vient de disparaître, sur les affichettes d'appel à témoins
La France découvre le visage de Maëlys, qui vient de disparaître, sur les affichettes d'appel à témoins © Radio France - Véronique Pueyo

Pont-de-Beauvoisin, France

La vie de Jennifer et Joachim de Araujo, les parents de Maëlys, s'est arrêtée cette tragique nuit d’août 2017. Depuis le début, leur credo c'est : "vérité et justice pour Maëlys, on ne lâchera jamais"

Les temps forts d'une enquête hors norme

Après la disparition de l'enfant, tandis que Nordhal Lelandais s'enferme dans le silence, les enquêteurs progressent. En novembre 2017, il y a d'abord ces images captées par une camera de vidéosurveillance à Pont de Beauvoisin, où on voit dans la voiture de l'ancien maître-chien, sur le siège passager, une petite forme blanche, pouvant correspondre à la fillette

Puis, alors que le suspect a nettoyé de fond en comble sa voiture au lendemain de la disparition de Maëlys, les spécialistes de l'Identité Criminelle retrouvent, dans le coffre de l'Audi, une minuscule tache de sang appartenant à Maëlys. Face à l'évidence, le 14 février 2018, Nordhal Lelandais conduit alors les enquêteurs en Chartreuse, là où il avait caché le corps, l’abandonnant aux animaux sauvages, pour faire disparaître toutes les preuves d'une éventuelle agression sexuelle.  

Maëlys sera finalement enterrée dans l'intimité familiale le 2 juin 2018 dans le petit cimetière de la Tour du Pin. 

Enfin, en septembre dernier, il y aura la reconstitution sous haute surveillance. Lelandais ne changera pas de version. Selon lui, il a frappé Maëlys pour la faire taire parce qu'elle criait dans la voiture et elle en serait morte. Une version à laquelle les proches de Maëlys n'ont jamais cru.

A priori, la famille de Maëlys n'a pas l'intention d'organiser une marche blanche, à Pont de Beauvoisin comme il l'avaient fait un an après la disparition de leur fille, le 27 août 2018. Jennifer, la maman de la fillette, posterait sans doute un message d'amour à sa fille, comme elle le fait régulièrement sur sa page Facebook.

Un procès pour le printemps 2020 ?

Selon nos informations, les juges chargés de l'instruction devraient rendre leur avis de fin d'information d'ici octobre. Cela signifie que les magistrats estiment avoir fini leur travail. Ensuite, la défense, les parties civiles et le parquet auront un délai pour demander un supplément d’enquête, s'ils le souhaitent. Puis le parquet rendra ses réquisitions et les juge d'instruction leur ordonnance de mise en accusation devant la cour d'assises. Le procès pourrait se tenir au printemps 2020, l'audience devrait durer 3 semaines. 

La première conférence de presse des parents de Maëlys,  en septembre 2017 - Radio France
La première conférence de presse des parents de Maëlys, en septembre 2017 © Radio France - Véronique Pueyo

Les parents de Maëlys devront donc encore attendre de longs mois avant de voir le meurtrier présumé de leur fille dans le box des accusés. Une échéance qui les tient debout.  Sur son compte Facebook, la maman écrit souvent à sa fille. "On reste debout pour toi, ma petite guerrière et pour ta grande sœur Colleen."

A Pont de Beauvoisin, aussi, les habitants attendent le procès. Devant la salle des fêtes où s'est noué le drame, quatre photos de Maëlys sont toujours accrochées avec un banderole, sur laquelle on peut lire : "la vérité pour Maëlys". Car, comment oublier la petite fille martyr ? D'ailleurs, sur sa tombe, qui disparaît sous les peluches et les fleurs, on voit souvent des anonymes venir se recueillir.

Lelandais, un pervers très dangereux, selon les experts psychiatres

La vraie personnalité de Nordhal lelandais est apparue au fil des investigations  concernant le meurtre de la petite Maëlys. L'homme a été examiné à sept reprises par des experts psychiatres. Il en ressort que derrière l'image du bon copain, dealer à ses heures et aimant les bonnes blagues entre copains, se profile une personnalité perverse très dangereuse. 

En décembre 2017, un mémorial avait été installé devant la salle des fêtes de Pont de Beauvoisin - Radio France
En décembre 2017, un mémorial avait été installé devant la salle des fêtes de Pont de Beauvoisin © Radio France - Véronique Pueyo

Il a été mis en examen pour l'assassinat du caporal Noyer, qu'il avait pris en stop à la sortie d'une boite de nuit à Chambéry en 2017 grâce à l'affaire Maëlys. Il a également été mis en examen pour attouchements sexuels sur deux de ses petites cousines.

Dans la foulée, la gendarmerie nationale a mis en place la cellule Ariane, composée de 7 gendarmes, dont la mission, à temps plein, est de réexaminer, dans vingt départements autour de la région Rhône-Alpes, 900 cas de disparitions inquiétantes, de cadavres non identifiés, ou d'homicides non résolus. Au final, une quarantaine de dossiers pouvant avoir un lien avec Nordhal Lelandais ont été retenus par la cellule Ariane, comme celui de Malik Boutvillain, disparu en 2012 en partant faire son footing à Échirolles, dans la banlieue grenobloise.

→ DOSSIER : Retrouvez ici nos articles sur l'affaire Maëlys.

Choix de la station

France Bleu