Faits divers – Justice DOSSIER : La disparition de Maëlys

Affaire Maëlys : "les opérations de terrain n'ont jamais cessé depuis la disparition", selon la gendarmerie

Par Céline Loizeau, France Bleu Besançon, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu jeudi 5 octobre 2017 à 10:55

Des plongeurs de la gendarmerie lors de recherches, pour retrouver la fillette, ici sur le lac d'Aiguebelette (Savoie) le 10 septembre 2017
Des plongeurs de la gendarmerie lors de recherches, pour retrouver la fillette, ici sur le lac d'Aiguebelette (Savoie) le 10 septembre 2017 © Maxppp -

Ce jeudi, le dernier des trois lacs du camping de Belmont-Tramonet (Savoie) sera sondé par des plongeurs. Des recherches ont eu lieu mercredi à Domessin. "Ce travail ne se fait pas sur la base d'éléments nouveaux", dit la gendarmerie, alors que la mère du suspect a pu le visiter mercredi en prison.

Ce jeudi matin, nos confrères du Dauphiné Libéré annoncent que les gendarmes vont sonder les trois lacs du camping de Belmont-Tramonet (Savoie), dans le cadre de l'enquête sur la disparition de la petite Maëlys. La gendarmerie confirme l'intervention sur place et précise qu'en fait deux des lacs ont été sondés ce mardi et que le dernier le sera ce jeudi. Des plongeurs de la brigade nautique d'Aix-les-Bains et de la brigade fluviale de la gendarmerie de Valence sont mobilisés. Une équipe cynophile l'est aussi. La veille, mercredi, précise cette même source, des gendarmes mobiles et une équipe cynophile ont effectué des recherches sur la commune de Domessin, commune de résidence du suspect.

Face à sa mère, le suspect nie toute implication selon RTL ce jeudi soir

Dans cette même journée de mercredi, la mère du suspect a rendu visite en prison à son fils. Après l'appel des parents de la petite la semaine dernière, Christiane L. avait dit qu'elle dirait à son fils que "s'il avait vu quelque chose, il fallait qu'il le dise". Selon RTL, ce jeudi soir, le suspect a de nouveau clamé son innocence. En début de journée, la gendarmerie avait précisé que les sondages du camping des trois lacs, comme les recherches effectuées à Domessin, mercredi, étaient prévus avant qu'on ait connaissance de cette entrevue. "Ces nouvelles recherches ne sont pas faites sur la base d'éléments nouveaux" nous confie-t-on ce jeudi milieu de matinée.

"Des recherches pour fermer une à une les portes" et elles vont continuer

"En fait, beaucoup de zones ont été ciblées et au fil des jours on y travaille, on cherche, pour fermer une à une les portes", indique cette même source qui insiste "le travail sur le terrain n'a jamais cessé". Une réponse en quelques sortes à quelques interrogations, critiques émises par certains sur les réseaux sociaux. "Tous les jours, il y a quelque chose, comme un ratissage. C'est juste que ce n'est pas toujours visible du grand public ou des journalistes. D'autres opérations sont prévues ces jours-ci" .

Et le dispositif, le personnel mobilisé varient d'un jour à l'autre, "c'est aléatoire". Ce travail se faisant en fonction de la disponibilité des moyens : les équipes travaillant aussi sur d'autres dossiers. Au début de l'enquête, les équipes se sont concentrées bien évidemment sur des secteurs, des lieux où le suspect avait ses habitudes. Mi-septembre, les gendarmes l'affirmaient déjà"on n’arrêtera pas tant qu'on n'aura pas retrouvé la petite."

Rappelons que Maëlys, bientôt 9 ans, a disparu dans la nuit du 26 au 27 août, lors d'une soirée de mariage, à la salle des fêtes du Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Un suspect, un ancien militaire de 34 ans, est mis en examen et en détention provisoire pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans". Il nie toute implication.

À lire aussi

  - Visactu
© Visactu