Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

Maëlys, un an après : en Isère, le Pont-de-Beauvoisin est toujours sous le choc

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, Maëlys disparaissait lors d'une soirée de mariage au Pont-de-Beauvoisin (Isère). Depuis Nordahl Lelandais a avoué avoir tué "involontairement" la fillette de 9 ans. La tragédie a traumatisé la commune.

L'autel à la mémoire de la fillette est toujours fleuri
L'autel à la mémoire de la fillette est toujours fleuri © Radio France - Christophe Van Veen

Le Pont-de-Beauvoisin, France

Lundi après-midi, à partir de 15 heures, une marche blanche à l'initiative de la famille de Maëlys se déroulera près des lieux de sa disparition, à Pont-de-Beauvoisin (Isère).    

Maëlys  - Radio France
Maëlys © Radio France - Christophe Van Veen

Personne n'a oublié

Un an après la tragédie, personne n'a oublié de part et d'autre du pont, qui relie l'Isère et la Savoie. Même sous le soleil d’août, la noirceur du fardeau ne se dément pas. Comment oublier cette nuit de mort à la salle des fêtes ? Les habitants que nous rencontrons parlent de "traumatisme", de "deuil" et les plaies sont loin d'être refermées. 

La salle polyvalente - Radio France
La salle polyvalente © Radio France - Christophe Van Veen

Les beaux jours, les mariages... tout rappelle Maëlys

"Il y a toujours quelque chose, quelqu'un qui nous rappelle Maëlys. Surtout en ce moment, avec les beaux jours, à chaque mariage..." avoue Solange qui promène son chien près de la salle polyvalente.

La quinquagénaire venait de s'installer dans la commune quand elle a appris à la télé du matin le drame qui s'est joué à une centaine de mètres de chez elle. "On en a encore des frissons. On est trop proches, en fait. On ne peut pas croire que ça se passe dans votre village. Je me suis dit qu'il est peut-être passé par ma rue." 

Très vite le déferlement médiatique, la cohue des caméras et des micros. Une télé tente même de l'interviewer alors qu'elle sort de chez elle en pyjama. "Tout le monde ne parlait que de ça. Et tout monde parle encore de ça car on ne sait pas ce qu'il a fait subir vraiment à la petite. Tout ça m'a profondément choqué, attristé."

La banderole sur la grille qui entoure la salle polyvalente - Radio France
La banderole sur la grille qui entoure la salle polyvalente © Radio France - Christophe Van Veen

"On n'oubliera jamais"

Les aveux partiels, la découverte du corps, le temps qui passe… rien n’a calmé la colère des habitants. Impossible de retranscrire une violence verbale à l’aune des sévices infligés ; la peine de mort est invoquée sans retenue. Le Pont-de-Beauvoisin a été à son niveau aussi "martyrisée" comme l’explique Nicolas, 28 ans à la terrasse du Bar du Centre. Il connaissait "l'agresseur" – prononcer son nom le dégoûte – mais il refuse de parler de lui. "On n'oubliera jamais Maëlys, elle est gravée à jamais dans notre cœur. C'est une douleur." 

Ce n’est pas si facile de se relever dans ce village où tout le monde se connaît. Les parents d’élèves ont eu peur au début, quand il a fallu retourner dans la salle polyvalente, nous confie une aide scolaire. Ça va mieux, mais à chaque révélation, les plaies sont ravivées.

Patrick, lui, n'a rien caché à ses deux enfants de 8 et 10 ans. "Ils savent qui est Maëlys. Ce qui s'est passé. Ils voient la télé comme nous. Un enfant, c'est sacré. Pour moi, il mérite l'échafaud."

Le fameux pont qui relie l'Isère et la Savoie - Radio France
Le fameux pont qui relie l'Isère et la Savoie © Radio France - Christophe Van Veen

"Le Pont-de-Beauvoisin sali par Lelandais"

À jamais, Le Pont-de-Beauvoisin serait associé à cette terrible affaire, à l'image de Lépanges et du petit Grégory ? Cette crainte s'exprime chez la plupart de nos interlocuteurs. Nicolas confirme : "Pont-de-Beauvoisin est fiché. Ma mère est allée récemment en Suède. Ils connaissaient Pont à cause du crime. Même s'il a sali la commune, ça n'est évidemment pas le pire. Le pire reste d'avoir enlevé la vie de cet enfant. Mais, que Pont soit relié à ce crime, à lui, ça nous blesse."

Le Pont côté Isère - Radio France
Le Pont côté Isère © Radio France - Christophe Van Veen

Maëlys, un an après