Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Nordahl Lelandais

VIDÉO - Maëlys, un an après : "Le travail de deuil continue" pour le maire du Pont-de-Beauvoisin

lundi 27 août 2018 à 3:45 Par Christophe Van Veen, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

INTERVIEW — Sa parole est rare. Le maire du Pont-de-Beauvoisin (Isère), Michel Serrano, s'exprime en ce lundi de marche blanche en hommage à Maëlys, un an après sa disparition lors d'une soirée de mariage dans la nuit du 26 au 27 août 2017.

Michel Serrano
Michel Serrano © Radio France - Christophe Van Veen

Le Pont-de-Beauvoisin, France

En Isère, le Pont-de-Beauvoisin est toujours sous le choc. Une marche blanche est organisée ce lundi à partir de 15 heures dans le périmètre de la salle polyvalente du Pont-de-Beauvoisin (Isère), là où la fillette a disparu il y a un an.  

Le maire de la commune, Michel Serrano, a accepté de nous recevoir à l'hôtel de ville. Élu depuis 2014, le maire a été éprouvé "comme tous les Pontois" par le drame. Se refusant à tout sensationnalisme, l'ancien anesthésiste soupèse ses mots, dans le souci absolu de ne pas blesser la famille de l'enfant. 

Un érudit qui cite Pascal et Spinoza, sensible aux tourments de l'âme humaine, et qui s'est mis en retrait médiatique après une interview donnée à une télé d'info en continu qui a, selon lui, dénaturé ses propos. 

France Bleu : Un an après, quel est le sens de la marche blanche ? 

Michel Serrano : On est toujours dans la peine. Le travail de deuil se continue. Il est important que la maman, la famille, puissent faire ce devoir de mémoire. Vous savez, il n'y a pas que les paroles dans la consolation. Accueillir quelqu'un les bras ouverts, cette marche, ce lâcher de ballons... ça a autant de valeur que tous les discours. 

Les habitants ont, dès le début, été à la "hauteur" si l'on peut dire, ils ont participé aux recherches de l'enfant, puis ensuite aux marches blanches. 

Aucun habitant de Pont n'a d'ailleurs oublié ce 27 août ?

Bien sûr qu'il y a eu un traumatisme. Comment pourrait-il en être autrement ? Mais la justice et la gendarmerie, ont apporté des réponses qui manquaient. 

"L'essentiel de mon rôle était de préserver certains d'un esprit justicier, de nous garder d'opinions qui pouvaient nuire à la vérité." — Michel Serrano, maire du Pont-de-Beauvoisin

Sur la médiatisation de l'affaire Maëlys...

Oui, il y a eu un brouhaha médiatique, une pression extraordinaire. C'était tellement agité que j'ai préféré me tenir à l'écart. J'ai été touché, comme tous les Pontois. Au début, quand on se croisait dans la rue, on ne se parlait que de ça. L'essentiel de mon rôle était de préserver certains d'un esprit justicier, de nous garder d'opinions qui pouvaient nuire à la vérité. Il fallait laisser la justice et la gendarmerie travailler dans une espèce de sérénité. 

Parmi les Pontois que nous avons rencontrés, certains pensent que leur village a été "sali par Lelandais" et que le village sera à jamais associé au crime perpétré sur Maëlys.

Mais non, Pont-de-Beauvoisin, c'est Pont-de-Beauvoisin ! Il a été le lieu, le théâtre de ces événements, il les porte, il ne les a pas générés. À Pont-de-Beauvoisin, on se marie, on vit, les enfants jouent. À Pont-de-Beauvoisin, il y a une école, il y a 2 800 élèves. Pont-de-Beauvoisin, ça ne se résume pas à cette affaire. 

L'hôtel de ville du Pont-de-Beauvoisin  - Radio France
L'hôtel de ville du Pont-de-Beauvoisin © Radio France - Christophe Van Veen
L'autel en hommage à Maëlys est toujours fleuri - Radio France
L'autel en hommage à Maëlys est toujours fleuri © Radio France - Christophe Van Veen

Infos pratiques

La marche blanche en hommage à Maëlys se déroulera à partir de 15 heures. Départ du Lycée Pravaz puis arrivée devant la salle polyvalente. Un lâcher de ballons aura lieu et le prénom de Maëlys sera écrit sur la chaussée. Durant cette marche, les deux départementales sont coupées (RD 82 et RD 40) entre 14 h 30 et 18 heures. 

En savoir plus