Faits divers – Justice

Isère : mais qui en veut aux vaches de monsieur Monin ?

Par Julien Morin, France Bleu Isère mardi 27 décembre 2016 à 17:24

L'exploitation de Philippe Monin où 24 vaches sont mortes depuis début décembre
L'exploitation de Philippe Monin où 24 vaches sont mortes depuis début décembre © Radio France - Julien Morin

Début décembre, 24 des vaches de l'exploitation de Philippe Monin meurent dans des conditions suspectes. L'éleveur parle d'un empoisonnement, une enquête est en cours. Philippe Monin affirme qu'on veut le faire partir de sa ferme située sur les communes de La Buisse et de Coublevie (Isère).

Quand il se rend dans les box où sont enfermées ses vaches le samedi 3 décembre au matin : Philippe Monin trouve ses bêtes agonisantes. Malgré l'intervention du vétérinaire, elles s'écroulent tour à tour. Le premier jour, 16 vaches meurent. Au total, 18 vaches pleines et 6 veaux perdent la vie, le dernier le 25 décembre. Pour l'éleveur - déjà victime d'un incendie criminel sur une de ses granges il y a six ans - il ne fait aucun doute qu'on "veut le faire dégager de la commune".

Une affaire qui s'inscrit dans un contexte d'urbanisation dans les communes de La Buisse et de Coublevie

Son exploitation est bien seule au milieu des maisons et des lotissements flambants neufs sur les communes de La Buisse et de Coublevie. Depuis plusieurs années, Philippe Monin voit les habitations se rapprocher. Toutes ces nouvelles constructions s'inscrivent dans le cadre d'un plan local d'urbanisme et de l'obligation pour les communes de créer un nouveau parterre de logements sociaux. Résultat, les terrains d'herbe que louait autrefois l'éleveur pour ses vaches sont construits ou désormais constructibles, celui-ci se sent comme dans un étau. "Il est difficile de concilier vie agricole et vie urbaine sur le même espace" concède Dominique Parrel, le maire de Coublevie.

L'éleveur soutenu par les riverains

Dans cette affaire, l'éleveur compte sur le soutien de ses voisins attachés à sa présence. Il estime en revanche n'avoir pas reçu une écoute suffisante de la part des élus des deux communes sur lesquelles est basée son exploitation. Le maire de La Buisse, Patrick Cholat envisage toutefois de "réunir une table ronde avec les différents acteurs du pays Voironnais concernés pour apporter une aide à Philippe Monin" En effet, les pertes animales entraînent automatiquement des pertes financières importantes pour Philippe Monin.