Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mais qui tronçonne des arbres pour les faire tomber sur une petite route de Vendée ?

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Plusieurs arbres ont été tronçonnés de façon à tomber sur la route au premier coup de vent, sur les petites routes entre Montaigu et La Bruffière en Vendée. Par qui ? Pour quoi ? Mystère. Le parquet a ouvert une enquête.

L'un des arbres tronçonnés et tombés sur la route, le 8 mai au matin.
L'un des arbres tronçonnés et tombés sur la route, le 8 mai au matin. - Michel Durand/DR

La Bruffière, France

Le mystère est épais comme le feuillage de ces arbres, certains centenaires, cliniquement tronçonnés sur une petite route de campagne. Des champs à droite, des champs à gauche, la départementale relie Montaigu et La Bruffière, dans le nord de la Vendée. Ce 8 mai, au matin, un agriculteur du secteur emprunte la route sans rien remarquer. Quand il repasse, une demi-heure plus tard, un arbre est couché en travers de la route. "Il a été coupé à la tronçonneuse dans la nuit. C'est un acte délibéré", assure Michel Durand.

C'est dingue, et ça fait peur. Ce sont des gros arbres, centenaires. Et c'est l'heure où passe le bus scolaire"
- Michel Durand

Le parquet a ouvert une enquête

"L'arbre n'avait pas été coupé en totalité, il avait laissé un peu de bois pour qu'il tienne debout, et un coup de vent l'a fait tomber. Et il y en a eu plusieurs, sur plusieurs propriétés. Ils sont coupés en biais, de façon à tomber sur la route, et pas sur le champ de l'autre côté", explique l'agriculteur. Qui s'inquiète : sur cette route, les cars scolaires passent à cette heure-là. Heureusement, le 8 mai, pas d'école, donc pas de car. 

L'homme a prévenu la gendarmerie, qui a ouvert une enquête pour destruction de biens. "On tâche de vérifier s'il n'y a pas eu acte de malveillance", précise le procureur de La Roche-sur-Yon Hervé Lollic.