Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Maison médicale d'Hermies dans la région de Bapaume recherche médecins désespérément

lundi 23 juillet 2018 à 8:34 Par Victoria Koussa, France Bleu Nord

Depuis le départ à la retraite de deux médecins d'un village du Pas-de-Calais fin juin, de nombreux patients se retrouvent sans généraliste. La maison médicale remue ciel et terre pour trouver des remplaçants, en vain.

Vanessa Poizot, secrétaire de la maison médicale de Hermies, devant ses post-it avec dessus, le nom des généralistes de la région de Bapaume pour réorienter les patients trop nombreux
Vanessa Poizot, secrétaire de la maison médicale de Hermies, devant ses post-it avec dessus, le nom des généralistes de la région de Bapaume pour réorienter les patients trop nombreux © Radio France - Victoria Koussa

Hermies, France

"Une médecine de famille, authentique, humaine". Quelques mots sur une affiche diffusée sur les réseaux sociaux pour attirer de nouveaux médecins à Hermies, village de la région de Bapaume dans le Pas-de-Calais, "en crise sanitaire", d'après le docteur Etienne Welschbillig, praticien à la maison médicale où il ne reste plus que deux généralistes sur quatre. 

D'après lui, si les autorités de santé ne parviennent pas à trouver des remplaçants aux deux médecins partis à la retraite fin juin, les patients de ce bassin de vie de 7 000 habitants pourraient subir la désertification médicale de plein fouet. 

"Ma mère doit même se déplacer à Tourcoing consulter son ancien médecin"

Deux médecins en moins, cela veut dire deux patientèles "qui se sentent comme abandonnées", d'après Vanessa Poizot, secrétaire médicale. "Je reçois beaucoup d'appels, de plus en plus agressifs (...) j'essaie de les rassurer, mais nous aussi, on a peur de ne plus pouvoir les recevoir du tout", insiste-t-elle. 

Dans la salle d'attente, Hélène et sa fille Nadia, anciennes patientes d'un des généralistes désormais à la retraite : "Ici, ils sont surchargés, il n'y a plus de place", précise l'aînée, ravie d'avoir enfin rendez-vous quelques semaines après son premier coup de fil. Sa fille ajoute : "ma mère doit même parfois se déplacer à Tourcoing, à une heure de route donc, pour consulter son ancien médecin (...) moi, je me transforme même en médecin et soigne seule mes cinq enfants"

Hermies ne serait bientôt plus "zone rurale fragile" ?

D'après le docteur Etienne Welschbillig, l'Agence régionale de santé serait en train d'établir de nouvelles cartes pour répartir différemment les aides de l'Etat aux territoires concernant la santé. "Le problème, c'est qu'en sortant Hermies de cette zone rurale fragile, aucune aide ne serait réservée à l'installation d'un jeune confrère, insiste le médecin, et notre village serait encore moins attractif..."

Une affiche créée par les secrétaires de la maison médicale pour attirer de jeunes médecins à Hermies - Radio France
Une affiche créée par les secrétaires de la maison médicale pour attirer de jeunes médecins à Hermies © Radio France - Victoria Koussa

Depuis quelques mois, la maison médicale s'organise pour recruter elle-même un nouveau praticien. Par exemple, les secrétaires médicales alimentent une page Facebook pour montrer que le cabinet est jeune et dynamique. Pour l'instant, cette "campagne" n'a toujours pas porté ses fruits, mais plusieurs confrères sont venus visiter les lieux, notamment un venu tout droit d'Espagne.