Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Malaises en série au semi-marathon d'Oloron-Sainte-Marie

-
Par , , France Bleu Béarn Bigorre

Les fortes chaleurs ont fait de nombreuses victimes au semi-marathon d'Oloron-Sainte-Marie, ce samedi soir. Au moins neuf personnes ont été prises en charge par les pompiers, dont deux évacués par hélicoptère à l'hôpital de Pau.

De nombreux coureurs ont abandonné pour porter secours à ceux en difficulté.
De nombreux coureurs ont abandonné pour porter secours à ceux en difficulté. © Radio France - Mathias Kern

La chaleur aura eu raison de nombreux coureurs du semi-marathon d'Oloron-Sainte-Marie ce samedi soir. Des malaises, coups de chaud, insolations en série se sont déclarés alors qu'il faisait 34 degrés au départ de la course, à 18h.

Au moins neuf personnes ont été prises en charges par la quinzaine de pompiers sur place, dont deux en "urgence absolue". Ils ont été transportés par hélicoptère à l'hôpital de Pau. L'un des deux a une vingtaine d'années.

La course neutralisée

La course a été neutralisée vers 20h45 par les organisateurs, au vu des très nombreux malaises sur le parcours. "Il y avait trop de casse chez les arrivants", justifie Alain Casajus, président de l'épreuve. 

Certains coureurs ont voulu terminer la course, coûte que coûte, quitte à refuser de monter dans les ambulances. Les gens ont une fierté, mais il faut parfois la mettre dans sa poche. Il ne faut pas risquer sa vie dans un semi-marathon.

Bruno était engagé sur le semi-marathon, il a finalement décidé de marcher après quelques kilomètres. "Les gens ont commencé à tomber vers le troisième kilomètre", raconte le participant. "Beaucoup de coureurs se sont arrêtés pour porter secours à d'autres."

"Un calvaire"

"En dix ans de course à pied, c'est la première fois que j'abandonne", concède Florent qui courait lui le 10km. "Ça a été un calvaire, je l'ai vécu comme ça." Comme beaucoup d'autres coureurs, il explique s'être senti mal dès les premières minutes de course. "J'en ai connu des coups durs, mais là c'est le plus gros. Il faisait trop chaud pour courir, pour moi il n'aurait pas fallu prendre le départ."

Les pompiers étaient nombreux pour porter secours aux victimes de la chaleur.
Les pompiers étaient nombreux pour porter secours aux victimes de la chaleur. © Radio France - Mathias Kern

L'épreuve, exceptionnellement en nocturne pour le 30e anniversaire, voit sa fête gâchée par les circonstances. "Normalement à l'arrivée on chante, on s'amuse, on rigole. Là il y a des pompiers, des ambulances partout. Ça me désole", explique Alain Casajus, président du semi d'Oloron.

Trois SMUR (Service Mobile d'Urgence et de Réanimation) et une quinzaine de pompiers sont sur place, venus de Mourenx, Lagor, Lasseube ou encore Arudy. Trois postes médicaux avancés ont été mis en place par les secours pour prendre en charge les nombreux coureurs en difficulté. Le maire d'Oloron, Hervé Lucbéreilh est lui aussi sur place.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess