Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Malgré l'interdiction de manifester, près de 4.000 personnes réunies à Toulouse contre le pass sanitaire

-
Par , , France Bleu Occitanie

Le préfet de Haute-Garonne a interdit les manifestations et rassemblements revendicatifs non-déclarés ce samedi à Toulouse. Malgré ça, plusieurs milliers d'opposants au pass sanitaire se sont réunis ce samedi en bas des allées Jean-Jaurès et défilent dans les rues toulousaines.

Malgré l'interdiction du préfet, plusieurs centaines de manifestants défilent contre le pass sanitaire ce samedi 17 juillet à Toulouse.
Malgré l'interdiction du préfet, plusieurs centaines de manifestants défilent contre le pass sanitaire ce samedi 17 juillet à Toulouse. © Radio France - Manon Klein

Un peu moins de 4.000 opposants à l'extension du pass sanitaire ont défilé dans les rues de Toulouse ce samedi 17 juillet; ils étaient 2 500 selon la préfecture. Vendredi, le préfet de Haute-Garonne a pourtant interdit les manifestations et rassemblements revendicatifs non-déclarés en ville, craignant des troubles à l'ordre public.

Les manifestants se sont rassemblés en début d'après-midi en bas des allées Jean-Jaurès. Le cortège s'est élancé vers 14h le long du boulevard de Strasbourg. Sur les pancartes et banderoles, on peut lire des slogans anti-pass sanitaire. Certains dénoncent la mise en place d'une "dictature", d'un "apartheid sanitaire". Parmi les manifestants, on trouve plusieurs figures des Gilets jaunes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plusieurs milliers de personnes défilent dans les rues de Toulouse contre le pass sanitaire ce samedi 17 juillet.
Plusieurs milliers de personnes défilent dans les rues de Toulouse contre le pass sanitaire ce samedi 17 juillet. © Radio France - Manon Klein

Un cortège hétéroclite

Tout le monde n'était pas là exactement pour les mêmes raisons. Il y a ceux qui contestent globalement la politique du gouvernement durant cette crise sanitaire, ceux qui sont contre la vaccination, et enfin ceux qui se mobilisent précisément contre le pass sanitaire. C'est le cas notamment de Dominique, membre du collectif des gilets jaunes du centre-ville de Toulouse : "Moi personnellement je suis vacciné, mais je trouve qu'on ne doit pas obliger les gens à se vacciner" explique ce retraité, qui assimile l'extension du pass sanitaire à une quasi-obligation de se faire vacciner.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Certains messages apposés sur des panneaux, notamment ceux qui comparent la vaccination à la Shoah, ont clivé les manifestants. La présence de plusieurs étoiles jaunes sur des pancartes en agacent certains, comme Pascale, gilet jaune et militante au Parti de gauche : "Je ne suis pas d'accord (...) il faut arrêter, il ne faut pas dire n'importe quoi". 

Selon plusieurs témoins, la manifestation a été dispersée en fin d'après-midi à coups de tirs de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess