Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Malgré le gigantesque incendie, l'usine Minerva Oil de Meuzac n'était pas classée dangereuse

lundi 30 octobre 2017 à 19:14 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

L'émotion retombe mais les questions restent à Meuzac, en Haute-Vienne, après le gigantesque incendie qui a ravagé l'usine Minerva Oil jeudi 26 octobre. Question, notamment, sur la proximité d'une telle industrie avec le bourg de Meuzac, les premières habitations nétant qu'à quelques mètres...

L'usine Minerva Oil de Meuzac, en proie aux flammes jeudi dernier, esttoute proche des habitations
L'usine Minerva Oil de Meuzac, en proie aux flammes jeudi dernier, esttoute proche des habitations © Maxppp - Stéphane Lefèvre

Meuzac, France

Cela peut paraître surprenant, vue l'ampleur de l'incendie et des explosions jeudi dernier, mais l'usine Minerva Oil de Meuzac n'est pas classée comme dangereuse. Car pour classer une industrie, c'est une sorte d'addition entre la nature et la quantité des produits utilisés, mais on regarde également le process, donc ce que l'on fait de ces produits.

L'usine pouvait cohabiter avec des habitations

Or, dans cette usine, il s'agissait de stockage et de conditionnement d'huile de moteur : le produit arrive par camions et repart dans des bidons. Entre temps, aucune manipulation dangereuse. Qui plus est, le stockage est relativement limité puisqu'il n'y a jamais eu plus de 500 tonnes d'huile sur le site. C'est un seuil administratif pour juger de la dangerosité...

Règlementairement, l'usine pouvait donc parfaitement cohabiter avec les habitations toute proches et se développer tout contre le bourg de Meuzac. Elle était simplement soumise à une déclaration d'activité au titre des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) et non pas à une autorisation, encore moins à ce qu'on appelle un PPI, un plan particulier d'intervention en cas de catastrophe. Malheureusement, les événements le prouvent : un dossier et des critères administratifs n'empêchent jamais l'imprévu.