Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Maltraitance animale : l'ex-directeur de l'abattoir de Mauléon condamné à six mois de prison avec sursis

lundi 29 octobre 2018 à 15:14 Par Thomas Schonheere et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Pau a condamné, ce lundi, l'ex-directeur de l'abattoir de Mauléon à six mois de prison avec sursis pour "tromperie". En mars 2016, l'association L214 avait diffusé des images insoutenables filmées à l'intérieur de l'abattoir.

L'avocat d'une partie des accusés après le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Pau
L'avocat d'une partie des accusés après le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Pau © Radio France - Paul Nicolaï

Mauléon, France

C'est ce qu'avait requis le parquet lors du procès, en septembre dernier. Deux ans et demi après la diffusion des images de maltraitance animale filmées par l'association L214, le tribunal correctionnel de Pau a condamné, ce lundi, l'ex-directeur de l'abattoir de Mauléon à six mois de prison avec sursis pour "tromperie", c'est-à-dire un non respect du cahier des charges. 

Des amendes pour les quatre salariés

Quatre employés du site ont été condamnés, eux, pour maltraitance "sans nécessité", à des amendes allant de 80 à 910 euros. Parmi les images filmées en cachette et dévoilées par L214, on pouvait voir des moutons saignés encore conscients, voire un agneau écartelé vivant.

L'abattoir, en tant que personne morale, a été condamné à 10.000 euros d'amende.