Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme interpellé à Marseille en train de tabasser son berger allemand

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Dimanche dernier, dans le quartier de La Rose (13e arrondissement de Marseille), un homme d'une trentaine d'année a été interpellé pour sévices et actes de cruauté sur son animal de compagnie, une femelle berger allemand de 6 ans.

Le chien maltraité dimanche matin à La Rose était une femelle berger allemand (illustration).
Le chien maltraité dimanche matin à La Rose était une femelle berger allemand (illustration). © Maxppp - AltoPress / Maxppp

"Un déchaînement de violence", selon la police. Il est environ 7h du matin dimanche lorsqu'une femme est témoin de violences à l'encontre d'une chienne avenue de La Rose à Marseille. Elle appelle police secours qui intervient rapidement. L'équipe découvre alors une chienne nommée Wizzy de type berger allemand, "la gueule en sang". L'animal a été roué de coups de poings, de coups de pieds, étranglé et même menacé de mort par son maître.

"L'appel de cette femme a permis de sauver l'animal", confie une source policière. La chienne a été prise en charge par la SPA Marseille-Provence. L'agresseur, lui, a été interpellé le jour-même et déféré lundi devant le parquet de Marseille. Il risque deux ans de prison et jusqu'à 30.000 euros d'amende. 

Une législation rarement appliquée 

Pour l'avocate Isabelle Terrin,"l'article 521-1 du code pénal réprime les actes de cruautés et les sévices envers les animaux domestiques ou tenus en captivité de prison ferme". Pourtant, la pénaliste insiste : "Les juges n'ont toujours pas le réflexe d'envoyer les auteurs de violences sur animaux en prison pour ne pas encombrer les tribunaux avec des histoires de chiens ou de chats". Une situation que l'avocate regrette, comme elle le rappelle : "L'animal est considéré comme un être vivant doté d'une sensibilité depuis 2015".

Isabelle Terrin milite donc pour une véritable application des peines de prison pour maltraitance animale, la seule méthode selon elle pour que ces actes de barbarie cessent. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess