Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Maltraitance des chevaux : les gendarmes rassurent les éleveurs vauclusiens

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les forces de l'ordre ont ouvert des enquêtes mais les motivations des auteurs restent très difficiles à cerner. En revanche, les propriétaires de chevaux et de poneys connaissent des nuits difficiles, inquiets pour leurs "plus nobles conquêtes".

Maltraitance des chevaux : les gendarmes rassurent les éleveurs vauclusiens
Maltraitance des chevaux : les gendarmes rassurent les éleveurs vauclusiens © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Le groupement de gendarmerie de Vaucluse mène des actions spécifiques pour rassurer les cavaliers et tenter de mettre un terme à ces actes de cruauté. En Vaucluse on a recensé deux actes de cruauté envers des équidés, un près d'Avignon à Montfavet et l'autre à Puyvert dans le Lubéron. 

Inquiétude et mobilisation

Depuis qu'une attaque a été commise à Puyvert en aout les propriétaires de chevaux du val de Durance sont inquiets. Ils ont été obligés de s'organiser. Ils montent la garde et les gendarmes qui ont proposé leurs conseils organisent une surveillance  sur le modelé de l'opération tranquillité vacances.

30.000 euros d’amende et deux ans de prison

Le major Desprès commandant de la brigade de Cadenet est aussi le référent équestre du groupement  il est particulièrement sensible à cette affaire. Sur 650 propriétaires de chevaux référencés en Vaucluse 70 ont répondu à l'offre des gendarmes et bénéficient d'une surveillance personnalisée  quant aux auteurs de ces maltraitances ils risquent jusqu'à 30.000 euros d'amende et 2 ans d'emprisonnement.

Les gendarmes aident et conseillent les propriétaires de chevaux inquiets des maltraitances commises envers les équidés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess