Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Mamie chaussette va installer un village à chauves-souris à Chevigny-Saint-Sauveur en Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est avec l'aide de cent-vingt enfants, d'étudiants en arts appliqués de Quetigny et d'autres venus de la faculté de Bourgogne qu'Annick Mathieu va installer des constructions en bois pour les chauves-souris.

Annick Mathieu alias "Mamie Chaussette"
Annick Mathieu alias "Mamie Chaussette" © Radio France - Marion Bargiacchi

Chevigny-Saint-Sauveur, France

Favoriser la réintroduction des chauves-souris à Chevigny-Saint-Sauveur présente plusieurs avantages. Entourée de trois cours d'eaux et de zones boisées, la commune est un vrai nid à moustiques. Une situation désagréable lorsque la belle saison est venue. Alors quoi de mieux qu'un animal qui peut boulotter près de mille moustiques par jour ? Une solution naturelle et peu coûteuse qui a plu au maire.

Comment ça, un village à chauves-souris ?

En fait, Annick va mettre en place un "hôtel trois étoiles" pour que les mammifères se regroupent l'hiver avant d'aller hiberner mais aussi dix maisonnettes : des pouponnières où les femelles vont pouvoir se réfugier le temps de la gestation et où les bébés chauves-souris grandir et prendre du poids avant de sortir. Les différentes installations de ce village est réalisé en bois non traité pour respecter la nature et surtout, elles doivent respecter des règles pratiques : "C'est comme dans une maison, il y a différentes pièces, la cuisine, la salle de bain..." des "pièces" séparées de trois centimètres. Il faut aussi un petit escalier pour que les chauves-souris puisse y monter avec leurs petites griffes. Le tout sera installé à quatre mètre cinquante de hauteur, car il faut s'habituer à la vie de l'animal : "Ce ne sont pas des oiseaux, il faut les attirer". Et pour appâter des chauves-souris il faut... de l'urine et des déjections que Mamie Chaussette va aller chercher avec sa pelle et son sceau.

Transmettre aux jeunes

Mais Annick Mathieu, conseillère municipale à Chevigny-Saint-Sauveur veut voir plus loin que le simple aspect écologique. Elle est investi dans son association "Un enfant peut sauver un arbre". Son véritable objectif, c'est "de transmettre des valeurs". Pour ça, elle multiplie les projets : créer un kiosque pédagogique dans sa commune, replanter des fruitiers oubliés, installer des hôtels à insectes... la liste est très longue. Ce dernier projet a mobilisé de nombreux jeunes, à commencer par les étudiants en arts appliqués de l'académie des arts appliqués de Dijon (AAA Dijon) basés à Quetigny.

Les élèves en arts appliqués ont imaginé l'hôtel et les cabanes à chauves-souris - Radio France
Les élèves en arts appliqués ont imaginé l'hôtel et les cabanes à chauves-souris © Radio France - Marion Bargiacchi

"On ne pensait pas qu'un aussi beau travail serait réalisé". Et pourtant, le travail est là : des plans, des côtes, des matériaux spécifiquement choisis. Pour les réaliser, Annick fait participer cent vingt enfants de primaires, des classes "Unités localisées pour l'inclusion scolaire" (ULIS) et une classe de 6ème. Chaque maisonnette sera pyrogravée avec les initiales des enfants :

"Quand ils iront dans la forêt, ils sauront que c'est leur maisonnette et que là, il ne faut pas faire de bruit parce qu'une petite bête va y habiter grâce à eux."
Annick Mathieu

Les élèves recevront également un diplôme pour marquer leur engagement pour la nature. Les cabanes à chauve-souris vont être classées "refuge" et servir de lieu d'étude pour observer ces animaux trop souvent considérés comme des nuisibles. Une première en Côte-d'Or.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu