Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manche : 3 mois de prison requis contre l'agresseur du maire délégué de Portbail

-
Par , France Bleu Cotentin

Le procureur de Cherbourg a requis ce mardi après-midi 3 mois de prison ferme à l'encontre de l'agresseur du maire délégué de Portbail en août dernier. Le jugement a été mis en délibéré au 15 décembre.

Le tribunal de Cherbourg a requis 3 mois de prison ferme contre l'agresseur du maire délégué de Portbail (Manche)
Le tribunal de Cherbourg a requis 3 mois de prison ferme contre l'agresseur du maire délégué de Portbail (Manche)

C'est en l'absence du prévenu que ce mardi après-midi le procureur de la République de Cherbourg a requis 3 mois de prison ferme à l'encontre de l'agresseur du maire délégué de Portbail en août dernier. Le jugement a été mis en délibéré au 15 décembre.

Le 6 août, cet habitant du Loiret était en vacances avec 3 de ses amis. Ils avaient allumé un feu de camp près d'une sapinière et faisaient du camping sauvage sur le rivage de la mer quand Francis D'Hulst les avaient rappelé à l'ordre puisque c'est interdit. L'homme de 25 ans, énervé, l'avait alors insulté, menacé puis asséné deux coups derrière la tête. Lors de son audition, le prévenu a reconnu qu'il savait qu'il s'attaquait au maire délégué et que le camping sauvage était interdit.  

A 71 ans Francis D'Hulst espère que le 15 décembre prochain lors du rendu de la décision de justice, la réponse pénale sera "à la hauteur" de l'agression. Car il estime aujourd'hui que les maires sont vulnérables "On a besoin de la justice, on ne peut pas continuer à être dans notre coin à essayer de faire respecter la vie en commun. Les maires sont en première ligne il faut nue sorte de protection. On réfléchit en communauté à une brigade intercommunale de l'environnement pour intervenir rapidement et efficacement."

Et puis au procès la présidente du tribunal a demandé à Francis D'Hulst, pourquoi ce 6 août il s'était rendu seul sur ce camping sauvage et non pas accompagné des gendarmes "j'allais pas à chaque fois que je bouge dans ma commune demander une escorte mais la prochiane fois s'il y en a une j'attendrais et j'appellerais les gendarmes. Avant à Portbail ils étaient pendant deux mois avec leur famille, on savait où ils étaient quand on avait un problème. ce n'est plus le cas maintenant il faut composer le 17 et attendre qu'ils arrivent. Ils étaient vus et intervenaient rapidement ".

Aujourd'hui Francis D'Hulst a encore des séquelles psychologiques "on est marqué mais je m'en sors plutôt bien mieux que certains de mes collègues. Bon il y a des moments où se demande si ça vaut le coup. C'est décevant quand même. On en conçoit pas le rôle de maire comme ça."

Francis D'Hulst qui confie qu'il ne se représentera pas pour un prochain mandat "vu mon grand âge je pense que c'est bien, ça va, merci !"

Depuis un an ce sont 260 maires qui ont été agressés dans l'exercice de leur fonction dont un est mort, le 5 août 2019. Il s'agit du maire de Signes dans le Var, il tentait de réprimander les passagers d'une camionnette venus déverser des gravats en pleine nature.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess