Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Faits divers – Justice

Mort du petit Bastien : le chauffard présumé mis en examen et en détention provisoire

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Deux jours après l'appel à témoins lancé par la gendarmerie, l'enquête sur la mort du petit Bastien, 2 ans, avance : un homme s'est rendu de lui-même aux enquêteurs en fin de semaine dernière. Après 24 heures de garde à vue, il a été mis en examen et en détention provisoire.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp -

Saint-Hilaire-du-Harcouët, France

Un homme s'était rendu spontanément auprès des enquêteurs ce dimanche 7 avril, à la suite d'un appel à témoins lancé par la gendarmerie de Saint-Hilaire-du-Harcouët (Manche) : il a finalement été mis en examen pour homicide involontaire avec délit de fuite et placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d'avoir percuté, avec son véhicule, le petit Bastien, qui allait avoir 3 ans, samedi 6 avril dernier aux Loges Marchis, et d'avoir ensuite pris la fuite.

Un millier de contributions

L'appel à témoins des gendarmes a été lancé juste après le drame : la gendarmerie de Saint-Hilaire-du-Harcouët recherchait activement un véhicule "dont un phare avant a été brisé", et a pu être aidée par près d'un millier de contributions sur les réseaux sociaux. 

Dans le même temps, le père du petit Bastien avait déposé un panneau aux abords de la D977, là où il a retrouvé son enfant après qu'il a échappé à sa vigilance : "Qui a tué notre fils ?" 

Il n'aura fallu que 24 heures pour qu'une personne se présente d'elle-même aux gendarmes et prétende être à l'origine du drame. Placée en garde à vue jusqu'à ce lundi 8 avril et présentée à un juge d'instruction, elle a donc été mise en examen.

Une information judiciaire a été ouverte ce mardi 9 avril.